Le sonnet marotique : Tristes voyous.

 

Tristes voyous

A vous tristes voyous ma leçon de morale !
Que vous n’entendrez pas, vous n’avez plus de cœur,
Simplement ce besoin d’attiser la rancœur
Afin d’être nourris de l’odeur de son râle !

Cogner, casser, voler, effroyable spirale,
Dont chacun d’entre vous ne sortira vainqueur.
Mais pensiez vous vraiment qu’une infâme liqueur
Vous rendrait bien plus forts qu’un mur de cathédrale ?

A cultiver la haine on ne récolte rien,
Le peuple est fatigué mais il n’est pas vaurien
Il voudrait simplement un peu plus de justice.

Vous vous trompez de cible, oiseaux de nos malheurs !
Après votre passage en brûlant nos valeurs
Vous reculez le jour d’un possible armistice…

Annie

Le sonnet français : A toi humble village.

 

A toi humble village !

Je connais un village en haut d’une colline,
Combien il me plairait d’y faire ma moisson
Des douceurs de l’été, que l’on met en chanson,
Quand l’hiver de nouveau nous tend sa capeline.

Je la regrette tant cette brise câline
S’amusant dans les blés à mimer le frisson,
Ce soleil si brûlant que sa propre cuisson
Se baigne chaque soir en sa teinte opaline…

On y voit quelquefois en robe de satin,
Une muse aquarelle, ô mirage incertain
Dès qu’elle vous décoche une petite œillade !

Mais hélas le moulin fait taire ses secrets,
Son poète n’est plus pour conter la naïade ;
Sous les ailes de bois s’endorment mes regrets…

Annie

Le sonnet layé : Retour du printemps.

Un grand merci à mon amie de plume, Tyna, pour cette belle mise en page de mon sonnet avec en fond sa délicate aquarelle !

Retour du printemps

Désormais, chaque jour, chantent les tourterelles,

Leur refrain est si doux !

Le printemps se profile à l’abri des tourelles,

Des sapins, et des houx.

 

Dans les prés reverdis, sourient les pâquerettes

Au bras de riches boutons-d’or,

Et l’on voit naître enfin de tendres amourettes

A la porte de messidor !

 

Quelques parfums nouveaux chatouillent les narines,

Et lorsque l’on entend des échos de clarines,

C’est la fête au bonheur !

 

Ainsi que des enfants au final des kermesses,

Chacun s’en va cueillir les bouquets de promesses

D’un divin moissonneur !

Annie

Le sonnet irrationnel : Quand l’hiver se fait doux.

 

Quand l’hiver se fait doux…

Quand mon daphné se met à rire
Si vous saviez comme il transpire
En s’acharnant sur ses boutons !

Cette saison point de frimas !

L’hiver s’avance en demi-tons,
A-t-il accroché ses mitaines
Sur les bourgeons qui par centaines
Rendent muets tous les dictons ?

Moi qui n’aime pas les frimas

J’oublie un peu mes pyjamas ;
Comme une fleur en sa dentelle
Je quitte velours et damas !
Qui sait ce soir dans mon doux mas,
Vais-je tenter la bagatelle…

Annie

Stances de mon amie Maria : Un livre…Un ami.

 

Un livre…Un ami

Que j’aime ton silence et lire ton mystère,
Tous ces mots alignés protégeant leur secret
Sur les pages d’un livre où l’on se désaltère,
Et chacun de poursuivre un monde si discret.

Je me souviens d’un lieu, cette bibliothèque,
Quand petite j’allais pour rêver un moment
Et me charmer parfois d’une image d’Aztèque,
D’autres pays j’ai lu l’histoire assidûment.

Ah comme il m’a marqué ce livre sur la table,
Il était là tout près- interdit d’y toucher,
Ce n’est que bien plus tard en découvrant la fable
Que je ne craignais plus de m’en effaroucher !

J’ai posé mes yeux noirs sur les mots d’une page
De ce bouquin vieillot et d’un cœur précieux,
Je dévore un roman dont l’intrigue est volage,
Mais il est mon ami dans la douceur des cieux.

Je relis cet amour dans un parfum de rose
Mais le temps a passé j’ai perdu son doux chant
De mémoire je garde un souvenir que pose
L’essence de mon âme en l’instant si touchant.

C’est à toi que je pense ô mon amour mon ange,
Je partage l’envie un penchant, malgré moi,
Me faut-il espérer que de ce signe étrange
Je ne sache jamais me relire pour toi ?

Maria-Dolores

Merci  à mon amie de plume Maria de m’avoir permis de mettre ici ces très belles stances sur le thème du livre !

Son blog :  Les poèmes de Marido

 

 

Le sonnet marotique : Indicible colère.

 

Merci à mon amie de plume Maria pour sa mise en page !

Indicible colère

Quarante ans de silence et voilà que soudain,
Le peuple dans la rue explose de colère
Contre nos dirigeants au pouvoir séculaire
Qui semblent oublier les enfants de Verdun !

Rien ne manquait pourtant dans notre beau jardin,
Si ce n’est quelquefois un trop petit salaire,
Mais chacun de savoir que pour moins de galère,
Rien ne sert d’imiter notre monsieur Jourdain !

Un trop plein d’injustice attise un feu de paille
Qui bien loin de calmer un désir de ripaille
Réveille le volcan d’une France aux abois…

Chaque fin de semaine aggrave la discorde,
Et tandis que certains pensent miséricorde,
Une meute de loups quitte aussi les grands bois !

Annie

Le roundel : Brusque froidure.

Brusque froidure !

Les cieux sont bleus, la terre est blanche,
Bonhomme hiver est frauduleux !
Mais que m’importe sa palanche,
Les cieux sont bleus !

Sont revenus, c’est fabuleux !
Tous les oiseaux en avalanche
Pour secouer mon cœur frileux.

Mais si j’ai du pain sur la planche
Dans mon univers populeux,
Jamais ce bonheur-là ne flanche ;
Les cieux sont bleus !

Annie

Le dix-septain sphérique : Colère de vent.


Colère de vent

Le vent hurle à la mort de colère et de rage !
Il cogne à la fenêtre, ouvre le portillon,
Pour le claquer sitôt d’un coup de bottillon ;
Ce fou n’accepte plus qu’on lui fasse barrage !

Le ciel laisse tomber son lourd manteau de pleurs
Inondant le jardin de gouttes d’amertume
Venus de continents gémissant leurs malheurs.

L’oiseau n’a plus de nid pour abriter sa plume,
Il est cet orphelin recherchant ses couleurs
Dans les bras inconnus d’un monde qui transhume.

L’horizon déchiré par des doigts querelleurs,
Laisse entrevoir soudain l’espoir qui se rallume ;
Durant un court instant se calment les douleurs…

La girouette folle amorce son courage,
Si son nord est au sud, l’ouest est tatillon
Et réclamant sa place en bon amphictyon
Tout un chacun du coup retourne à son ouvrage !

Annie

 

Le Trivers : Promesses.

Promesses

Des pigeons sur mon toit roucoulent le matin,
Pour gagner la compagne afin d’être l’élu,
S’égosillent ensemble, espérant qu’un scrutin
Accorde au plus malin le pouvoir absolu !

Assistant au débat s’agace la femelle,
Son désir est bien loin de cette politique…
« Permettez que ma voix à la vôtre se mêle
Et venez-en au fait plutôt qu’à la critique ! »

Quand le beau mois de mai fleurira son muguet,
Cueillerons-nous encor des bouquets de promesses
Tandis que chanteront un refrain bien plus gai
Tous les enfants de France au final des kermesses ?

Annie

Le sonnet français : Les corbeaux.

 

Les corbeaux

Ce matin des corbeaux envahissent les cieux,
Où vont-ils et pourquoi ? Quelle est donc cette alerte ?
Même mon petit chien que ce fait déconcerte
Ne cesse d’aboyer au chant disgracieux…

Qui guide leur instinct les rendant anxieux ?
A tel point que chacun d’une envolée alerte
Semble crier à l’autre : « Il faut qu’on se concerte
Si nous perdons le Nord, le Sud est spacieux ! »

Oh l’étrange marée écoulant sa disgrâce !
Le soleil en pâlit et l’ombre me terrasse
Mais je reste envoûtée au plaisir d’un frisson…

Quelques notes encor, puis soudain le silence
Fait taire une clameur vibrant à l’unisson
Tandis que mon jardin calme sa vigilance !

Annie