Archives mensuelles : janvier 2016

Sonnet marotique par mon ami poète, Flormed : Hommage à Annie….

Un grand MERCI cher Flormed  pour cet hommage qui m’a touchée au plus haut point.

Flormed est notre maître de prosodie sur le forum POESIS.

 deux coquelicots Annie.

À A…

   Ô rani hors de pair de la lyre, ô ma sœur,
J’adore tes sonnets où fleurit ton génie
Dont la divine Euterpe affolant d’harmonie  
Bénit les rimes d’or et le souffle berceur.

Un rouge-gorge, un lys, un papillon valseur,
Un ru parmi des pans de verdure garnie
De roses en bourgeons et même une daphnie
Font jaillir la beauté de ton esprit penseur.

Parcourir les chemins de tes vagabondages,
Tel est mon vœu pour fuir les vilains taraudages
Des regrets et dépits, mon être, malmenant.

Ce désir fait vibrer ma plume que j’abreuve
À l’exquise fraîcheur de l’encre de ton fleuve.
Reçois ces vers écrits par un humble manant.

Flormed

Le sonnet marotique : Mariée la veille de ses noces.

 

la danseuse

Un grand MERCI à Claudie, artiste peintre de talent et poétesse sur le forum http://poesis.forumactif.org  pour m’avoir autorisée à mettre ici son superbe tableau qui a été une grande source d’inspiration pour mon sonnet marotique !

 

Mariée la veille de ses noces.

Admirez cette nymphe à la grâce enfantine,
Tel un cygne posé sur un sable mouvant,
Ayant quitté son lac pour un rêve couvant :
S’enivrer du parfum de la frêle églantine !

Les deux mains sur le cœur, qu’un doux crayon patine,
Veulent-elles cacher un trésor émouvant,
Qui s’offrira demain dès le soleil levant
A celui que le ciel depuis peu lui destine ?

La posture savante, en son faux négligé,
Fait vibrer tous les sens d’un amour partagé
Entre l’art de la danse et celui d’une artiste.

J’aimerais de cet ange épouser le regret
De la fuite du temps que je lis en secret
Dans ce regard profond aux reflets d’améthyste…

Annie

La schaltinienne : Gerbe de parfums.

Je dédie ce poème à mon amie Annick qui avait fait de même avec son poème :

de l’amour

  et dont j’apprécie la gentillesse et la qualité de son blog !

 parfum

 

Gerbe de parfums

Les senteurs d’un passé m’envoûtent la mémoire,
Qu’une larme en passant dépose sur mon cœur
D’où s’envole un oiseau transportant la rancœur
Jusque dans les faux plis d’une robe de moire.

Des parfums de lavande et de café moulu,
S’échappent en riant d’un poussiéreux grimoire,
Me laissant supposer que je l’ai déjà lu !

Puis quelques souvenirs aux fragrances de rose,
Se mêlent à tous ceux qu’un nouveau temps arrose.

Ainsi germe un amour qui se croyait exclu.

Annie

Le sonnet marotique : Après le foot, la femme !

foot10

Merci cher Flormed  pour cette belle mise en page !

Après le foot, la femme !

Quand le monde se meut autour d’un grand sujet
Ne s’agit-il de foot, dont la ligne de mire
Le classe en tout premier, tandis que l’on admire
La force masculine en son habile jet ?

Si je place en second celle qui fait l’objet
De l’œil concupiscent lorgnant son cachemire
C’est que l’expérience en matière de myrrhe
M’autorise à sourire en rognant mon budget !

« La femme est un trésor que l’homme ne conteste
Mais pourquoi faut-il donc que le manant la teste ? »
Avais-je écrit un jour à l’ancre de mon cœur… *

A lire du Ronsard, j’ai l’âme bien naïve ;
Car pour les jeux pervers je demeure rétive
Et je bois de l’amour dans un verre à liqueur !

Annie

* Je fais référence à mon premier recueil « A l’ancre de mon cœur »

Je suis si gâtée que mon amie Annick m’a dédié un poème en rebond au mien, ne manquez pas d’aller visiter son blog si sympathique ! MERCI Annick !

Voici :

de l’amour

Le sonnet espagnol : A une danseuse !

 602166_392521884179516_1820846696_n

Merci à mon cher ami Flormed pour avoir composé ce superbe et touchant sonnet !

À une danseuse

Éblouissante était cette sylphide en noir
Qui battait des talons le lustre de l’arène
Séduisant les regards en magnanime reine
Que n’oseraient croquer ni Goya ni Renoir.

Ses gracieuses mains firent, par leur finesse,
Briller les yeux, songer les cœurs, fuser les cris
De joie et de respect. Ô mes chétifs écrits,
Vous ne pouvez rimer son illustre noblesse !

Gitane hors de pair ou fée aimant trôner
En un palais lointain aux murailles de jade
Que l’aube, d’un halo perlé, vient couronner.

Même si l’on prendra pour une galéjade
Mon mot, j’irai partout bénir son art, prôner
Sa douceur au parfum de sucrée orangeade.

Flormed