Le sonnet curtal : Vendée, terre d’emprunt.

Stitched Panorama

 

Merci cher  Flormed  pour cette mise en page de mon sonnet curtal !

Vendée, terre d’emprunt

Ô terre de lumière et de genêts en fleurs !
Pour m’avoir apporté le couvert et le gîte,
Je me dois aujourd’hui d’honorer vos valeurs.

J’avais choisi le rose entre mille couleurs
Afin d’en oublier ce monde qui s’agite,
Et préféré le mien pour y sécher mes pleurs.

Vous avez tant souffert de guerres inutiles,
Qu’orpheline de cœur, loin des plaintes futiles,
J’ai béni votre sceau.

Mais cependant jamais vous ne serez ma mère ;
Celle qui m’a nourrie à force d’être amère
Me rappelle au berceau…

Annie

16 réflexions au sujet de « Le sonnet curtal : Vendée, terre d’emprunt. »

    1. Bonjour chère Véronique,
      Merci de m’être si fidèle, que ferais-je sans toi comme le chantait si bien jean Ferrat ! Tu es précieuse… ( chanson de notre mariage !).
      Je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonjour chère Marie,
      Je te remercie également de tout cœur avec ce nouvel avatar qui met en appétit tu vas nous régaler encore !
      Pour la photo elle n’est pas mienne , un cadeau c’est précieux et tu vas voir j’en ai eu deux pour le prix d’un … Chut ! Tu l’auras la photo de Vendée avec un beau poème dessous !…
      Je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonjour chère et fidèle Sedna !
      Je suis quelque peu en retard pour mes passages, cette chaleur mine de rien m’a fatiguée comme tout le monde !
      MERCI !
      Amitiés.
      Annie

    1. Bonjour chère Maria,
      Je mettrai une autre photo prochainement de ma région ici avec le poème que tu sais ! Chut !
      MERCI d’être venue relire.
      Je t’embrasse affectueusement.
      Annie

    1. Bonjour chère Éliane,
      Des photos de Vendée je pourrai t’en envoyer, pas de problème !
      Je te remercie et cette fois-ci tu reconnais mon style ?…
      Je t’embrasse.
      Annie

  1. Ô source de lumière et de vergers en fleurs !
    En ton sein chaleureux, j’ai trouvé le beau gîte
    Où mon cœur a vécu de sublimes valeurs.

    J’avais élu ton vert parmi plusieurs couleurs
    Afin de consoler le trouble qui m’agite,
    Puis je suis revenue au logis, l’âme en pleurs.

    N’avons-nous pas subi maints conflits inutiles ?
    Mais l’esprit resté sain, loin des soupirs futiles,
    A blasonné ton sceau.

    Je t’aime tant et plus mais, ô seconde mère,
    La vie a ses devoirs ; et même douce-amère
    Me rappelle au berceau…

  2. Bonjour cher Flormed,
    Eh bien celui-là j’aurais aimé l’écrire car il relate de façon extrêmement poétique véritablement ce que je voulais exprimer…
    Quel beau cadeau… Je suis plus que touchée.
    A très vite, je vais où tu sais !
    Je t’embrasse.
    Annie

  3. Je voyage immobile en surfant sur ta plume
    Mes sens sont en eveil à chacun de tes vers
    Tant leur grande beauté à jamais me déplume
    Lors après Baudelaire, oserai-je Prévert…

    1. Bonjour et bon dimanche chère Marlène,
      Prévert ? Mon Dieu ! Tu es trop généreuse avec ton amie si simple ! mais il est vrai que je les aime ces poètes merveilleux…
      Quand tu voudras un poème à deux plumes, je suis là !
      MERCI encore merci… Tes mots sont plus que charmants.
      Je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonsoir chère Solange,
      Quel plaisir de te retrouver ! MERCI !
      Je suis passée chez toi à plusieurs reprise mais tu n’étais pas là… Je vais y refaire un petit tour !
      Amitiés.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 8497 to the field below: