La Rotrouenge : Les bruits de la maison.

gite

Je précise que je ne suis pas chez moi  !

 

Les bruits de la maison

Lorsque le jour se lève, il me plaît d’écouter
Les bruits de la maison qui bâille et se réveille.
Au loin, le chant d’un coq me berce et m’émerveille,
Je souris à cette aube aimant se velouter
Sur un rayon de lune.

L’horloge et son tic-tac que je n’entendais plus,
A nouveau battent fort comme un cœur qui palpite…
Le froufrou de la nuit que la clarté dépite
S’échappe à pas feutrés, en frôlant un talus
Endormi sous la lune.

Le café qui s’égoutte au suave parfum,
Ou le pain qui croustille, en croquant dans sa tranche,
Permettent d’oublier le noir qui se retranche ;
J’ouvre alors grand les yeux, en apaisant ma faim
D’un chaud croissant de lune.

Le vent dans mes volets fait glisser sa chanson,
Accompagné parfois du cri d’une crécelle
Qu’imite en gémissant ma vieille balancelle,
Pour réclamer enfin la modeste rançon
D’un doux morceau de lune.

L’église du village annonce le matin ;
Un meuble, en s’étirant, fait grincer sa jointure ;
Et les oiseaux du ciel, retrouvant ma toiture,
S’égosillant ensemble en un timbre argentin,
Saluent alors la lune…

Annie

32 réflexions au sujet de « La Rotrouenge : Les bruits de la maison. »

    1. Bonsoir chère Véronique,
      Ta fidélité à me lire est un véritable baume pour appeler la muse !
      Merci Véronique et à bientôt.
      Je t’embrasse.
      Amitiés.
      Annie

  1. Paroles de chez soi
    au cœur de son intime
    réveillent le matin
    agrémentent le jour
    et bercent les soirées
    épousant les saisons
    ma maison s’accommode
    de multiples langages
    que seule je décrypte
    c’est un dialogue profond
    sous le toit qui m’abrite
    assurant ma protection

    Ceux qui vivent ici
    lui parlent différemment
    les oreilles des sens
    sont si personnelles
    que les rapports de vie
    ne se ressemblent jamais

    Ma maison est polyglotte
    offrant à chacun
    un intime respect

    ABC

      1. J’aime beaucoup les échos, quand un texte déclenche, en moi, une envie de rebondir, les mots viennent d’eux-même, je n’ai plus qu’à les suivre… Merci à toi pour toutes tes belles poésies, dont je n’ai pas la technique mais auxquelles je réponds par ma spontanéité. c’est un réel plaisir.

        1. Bonsoir chère Annick,
          C’est moi qui te remercie pour ces échos à mes poèmes car tu me stimules beaucoup en cette période transitoire pour moi assez difficile !
          Ta spontanéité est un réel plaisir de lecture car ça se sent…
          Je te souhaite une très agréable soirée.
          Amitiés.
          Annie

    1. Bonsoir cher Gérard,
      Mon pain grillé craque sous ma dent gourmande oui mais pas la brioche, ici je n’en mange pas !!!!
      Bonne soirée, quant à l’appétit il est toujours présent !
      Bonne soirée et bises.
      Annie

    1. Bonsoir chère Maria,
      A part le café du matin que j’entends de la chambre, les bruits que je connaissais ne me touchent pas encore… Cela vient-il de moi ? Je ne sais !
      MERCI et gros bisous.
      Annie

  2. la table est bien appétissante …. et les hôtes bien installés !
    de bien doux bruits dans cette maison …et dans ta tête !! (sourires)
    Bisous
    Eliane

    1. Bonsoir chère Éliane,
      J’étais en chambre d’hôte et même si nous sommes gourmands de nature la table du petit déjeuner est un peu plus modeste !!!
      Ici les bruits de la maison je ne les entends pas encore…
      Je t’embrasse.
      Annie

  3. Se sentir bien dans sa maison c’est important, Annie …
    Ce matin après une mauvaise nuit et un réveil avec des douleurs j’avoue que l’idée du café ( avec un cachet m’a donné envie de me lever) c’était moins idyllique, mais quand-même …
    Bisous et bonne soirée

    1. Bonsoir chère Marine,
      Je me sentais bien dans cette maison où est né ce poème cela se sent… Ici dans ma nouvelle il me faudra du temps je pense…
      J’espère que tu vas mieux ?
      Quant au café du matin il m’est vraiment nécessaire pour me réveiller !
      Bisous aussi et merci !
      Amitiés.
      Annie

  4. Je reposte parce que le premier alexandrin était bancal …

    Pas si simple de faire auguste rotrouenge
    Qu’elle soit réussie avec un beau refrain
    Tient du miracle alors c’est tout à ta louange
    Ce moment de douceur servi dans son écrin.

    Pour la rotrouenge, je n’ai trouvé qu’avec « e » peut-être est-ce une forme qui diffère comme « Pantoum » et « Pantoun », j’avoue que la science de Flormed me manque un peu par moment.

    Bonne soirée Annie
    Je t’embrasse

    1. Bonsoir chère Marlène,
      C’est toi qui as raison ! Rotrouenge s’écrit avec un E ! Suis-je étourdie …
      Dans tous les cas MERCI pour ce superbe quatrain que tu m’offres à chaque poème, c’est adorable !
      Je t’embrasse.
      Amitiés.
      Annie
      PS : On t’attend sur Poésis !

  5. Pas si simple de faire auguste rotrouenge
    Qu’elle soit réussie avec un beau refrain
    Tient du miracle alors c’est tout à ta louange
    Ce moment de douceur servi dans son écrin.

    Bonsoir Annie,
    Je ne retrouve plus le commentaire posté hier, mystère !
    J’avais écrit « C’est fabuleux  »
    Amitiés
    Marlène

    1. Bonsoir chère Marlène,
      Je ne comprends pas non plus car je viens de te répondre !
      J’espère ne pas avoir fait une mauvaise manipulation ? Tu te donnes bien du mal pour me faire plaisir, ça me vexerait… Par contre j’ai supprimé un com qui était en double il me semble, j’espère que ce n’est pas celui-là ? Sinon je suis à l’amende mais comme j’ai écrit, c’est un mystère… Mon administration ne marchait pas depuis hier mon fils avait mis plus de sécurité ?… Est-ce cela ? Tout est rentré dans l’ordre !
      A bientôt pour te lire à mon tour…
      Je t’embrasse donc de nouveau !
      Amitiés.
      Annie
      PS : J’ai bien nos messages sur mon administration mais pas sur le blog… Attendons un peu j’espère qu’ils vont arriver…

  6. Bonjour Annie,

    Quel merveilleux poème. On ressort de sa lecture serein, et gourmand d’une envie de jardin, d’un petit déjeuner savoureux.. Un plaisir de vie que je savoure. Merci Annie
    Je t’embrasse
    😉

    1. Bonsoir chère Martine,
      Merci de nouveau pour ta lecture attentive ! Oui j’aimais les matins dans ce cadre que je regrette encore aujourd’hui… Je n’entends plus le coq, mon horloge est pourtant au mur mais je reste sourde… Cela reviendra sans doute !
      Je t’embrasse et te dis à bientôt.
      Annie

  7. Bonjour Annie,
    Il y a quelque chose de pourri au royaume des newsletters car je n’ai pas reçu celle-ci et c’est en voyant l’écho de Annick à Annie que j’ai cliqué et suis arrivée là.
    Ton poème est magnifique, il me parle, il me touche, il ressemble à mon style, c’est sans doute pour cela que je le « ressens » si bien.
    Si je suis quasi hermétique aux haïkus qui ne me parlent pas le moins du monde (je préfère une bonne prose), au rap, au slam à à quelques autres modes d’expression, je suis en revanche totalement perméable à tes mots à toi.
    Bisous frisquets.

    1. Bonsoir chère Marie,
      Oui j’ai quelques petits problèmes avec mon administration… J’ai des commentaires partis que je vois mais qui ne paraissent pas ici !
      Moi également j’ai abandonné les haïkus, je les laisse à des personnes qui en ont le don, pas moi !
      Je me doute que toi aussi tu as l’oreille attentive, j’ai lu chez toi beaucoup d’émotions…
      Je t’embrasse.
      Amitiés.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 7373 to the field below: