Le sonnet Pétrarquien : Repas familial.

 

En écho avec  Annick !

 

http://jardin-des-mots.eklablog.com/autour-de-la-table-a135485486

 

Repas familial

La famille au complet s’approche de la table
Pour commencer, ravie, un merveilleux festin.
Au complet pensez-vous ? Oh rien n’est plus certain
Car une ombre s’ennuie en marge d’un retable…

Les petits et les grands, c’était inévitable,
Font frissonner les murs de leur long baratin ;
Qu’il est grand le bonheur aux senteurs du gratin,
Fondant dans le plaisir de ce met délectable…

Règne un tel brouhaha, mais comment présumer
Qu’une âme charitable, en quête de tendresse,
S’attache à tous nos pas par la force d’aimer ?

Qui n’a jamais connu solitude ou détresse
Ne peut imaginer en cette belle ivresse
Que lorsqu’un ange passe, il voudrait le clamer !…

Annie

20 réflexions au sujet de « Le sonnet Pétrarquien : Repas familial. »

    1. Bonjour chère Véronique,
      Je suis très heureuse de ce commentaire qui rejoint ma pensée profonde !
      MERCI et mes amitiés.
      Je t’embrasse.
      Annie

  1. Quand la table est garnie
    et la famille réunie
    entre mets et baratin
    s’effacent les chagrins
    l’heure sonne
    d’offrir à l’âme solitaire
    un regard, une main
    accueillante, solidaire
    les délices se savourent
    en un regain d’amour !

  2. C’est si bon cette chaleur familiale, surtout lorsque l’on se souvient des grands repas d’autrefois autour de la grande tablée, si gais… Merci Annie .
    Oui les absences sont cruelles Annie, très…
    Je t’embrasse

    1. Bonjour chère Marine,
      Je n’ai guère connu les rencontres familiales par le passé , depuis mon mariage oui, je peux donc comparer… L’absence reste douloureuse en toute circonstance…
      Je te remercie de tout cœur.
      Amitiés.
      Annie

    1. Bonjour chère Sedna,
      Ceux de mon enfance étaient si rares à cause de l’éloignement entre autre…
      Mais ici ils sont là toujours ! La famille est grande du côté de mon époux !
      MERCI et je te comprends.
      Annie

    1. Bonjour chère Solange,
      J’espère que tu vas bien ?…
      Dommage que je suis avec un pied qui boite mais comme c’est provisoire j’ai fêté Noël avec enfants et belle famille !
      Amitiés et merci.
      Annie

  3. Ô que je suis sensible au chant de ce festin
    De l’amour qui résonne au sein d’une famille
    Qui festoie et puis rit même si le destin
    Trop vite s’investit d’assombrir la charmille.

    Bonjour Annie,
    Ta tendresse à fleur de peau rejaillit admirablement dans ce poème. J’ai supposé que l’absence supposée était celle de ton papa et je m’y suis totalement reconnue.
    Je t’embrasse, bon Dimanche

    1. Bonjour chère Marlène,
      Merci pour ce quatrain si bien choisi…
      Oui tu as tout deviné, comme c’est long et difficile.
      Je t’embrasse et te dis du coup à très vite !
      Gros bisous.
      Annie

    1. Bonjour Alezandro,
      Ce poème est né à la suite des repas de famille mais à ce moment-là j’ai fortement pensé à mon père défunt qui n’a pas vraiment eu ce bonheur hélas…
      Merci pour votre lecture attentive.
      Amicalement.
      Annie

  4. Khalil Gibran disait :

    Je vivrai par-delà la mort,
    Je chanterai à vos oreilles
    Même après avoir été emportée au-delà.
    Je m’assiérai à votre table
    Bien que mon corps paraisse absent,
    Je vous accompagnerai dans vos pensées,
    Esprit invisible.
    Je m’installerai avec vous devant l’âtre,
    Hôte invisible aussi.
    La mort ne change que les masques
    Qui recouvrent nos visages.
    L’artisan restera artisan,
    Le laboureur, laboureur,
    Et celui qui a lancé sa chanson au vent
    La chantera aussi aux sphères mouvantes…

    Je pense moi-aussi, qu’en ces moments de réunion, les êtres aimés, bien que disparus, sont présents !

    1. Bonsoir chère Marie-Luce,
      Que ces paroles sont réconfortantes et je t’en remercie car je m’y accroche aussi !
      Amitiés et bonne soirée.
      Annie

  5. Bonsoir Annie. C’est un sujet très original que tu as traité là mais j’aime ce qui est original aussi l’ai-je beaucoup apprécié.
    En revanche, ce que je n’apprécie pas c’est que quoi je fasse, je ne reçois pas ta newsletter depuis des semaines et pourtant je m’y suis inscrite sur ton site puis en double sur Blogtrott pour être sûre de ne pas passer à côté. Je ne reçois ni l’une ni l’autre et j’avoue que parfois je suis un peu découragée car je ne sais plus que faire. Où c’est toi qui n’arrive pas à entrer chez moi ou c’est moi. WP manque de fiabilité et ça commence à me chauffer

    1. Bonsoir chère Marie,
      Ton commentaire me ravit du moins en ce qui concerne le poème !
      Pour le reste mon fils a compris le problème m’écrit-il ! Donc : ESPOIR !
      Je t’embrasse.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 5620 to the field below: