Le sonnet pétrarquien : Ma Muse est un poète…

Ma Muse est un poète

Ma Muse est un poète, ah mais oui pourquoi pas !
Ne riez pas messieurs car grande est votre quête,
En soufflant sur vos vers la vôtre est bien coquette
Et vous buvez des yeux ses multiples appas !

Mon aède est discret, ses mots sont mes repas,
Il est vêtu d’amour, si sombre est sa jaquette
C’est pour mettre en valeur la blanche pâquerette,
Ne voulant la froisser, il marche à petits pas…

Je l’attends chaque soir en cherchant son étoile
Seul lien qui nous unit car long est le chemin,
Pour tisser avec moi tous les fils de ma toile.

Un jour naîtra, c’est sûr, un plus grand parchemin
Quand la lune sur nous déroulera son voile,
Au parfum d’océan, de sable et de jasmin.

Annie

20 réflexions au sujet de « Le sonnet pétrarquien : Ma Muse est un poète… »

  1. Bonsoir Annie. Ah les muses! en avons-nous vraiment? est-ce seulement un rêve ou un personnage éthéré qu’on ne rencontre jamais.
    Titiller les messieurs pourquoi pas… après tout les muses sont des femmes non? La tienne a dû bien t’inspirer pour ce poème pétrarquien… Bisous du soir

    1. Bonsoir Marie,
      Il est vrai que les muses sont toujours si belles !!! Donc à nous aussi nos muses au masculin !
      MERCI et bises de bon week-end.
      Annie

  2. c’est un don de jouer avec les mots !! ….. il me faut moins de mots !!

    « Blanche pâquerette
    regardant passer ta muse
    – la lune se voile »

    bisous

    1. Bonsoir Éliane,
      Merci pour ce charmant haïku qui me rappelle le temps où moi aussi j’en écrivais !
      Je parle de la lune dans mon dernier sonnet……
      Gros bisous.
      Annie

  3. Ta muse
    Ma muse

    Tes pointes
    Ma pointe

    Tes merveilles
    Mes Merveilles…

    Bonjour Annie,
    Aujourd’hui je boude les alexandrins mais surtout pas mon plaisir de te féliciter pour ce sonnet pétrarquien que j’ai relu avec autant de plaisir, je savoure encore tes « Vagabondages » je dégusterai la suite quand je serai repue.
    Je t’embrasse

    1. Bonsoir Marlène, mon amie de plume !
      Merci encore pour cette fidélité à me lire ! J’en suis plus que touchée…
      Je viens d’écrire un nouveau sonnet mais j’ai quelques soucis avec ce pauvre pied alors que j’aurais dû en être un peu débarrassée hier. Je te dirai par mail…
      Bon week-end et bisous.
      Annie

    1. Bonsoir Véronique,
      L’idée avait germée toute seule et tu devines pourquoi ma Muse est un poète toi qui as beaucoup de finesse d’esprit !
      Je t’embrasse pour un excellent week-end.
      Annie

    1. Bonsoir Gérard,
      Oh si j’ai bien souvent besoin d’un autre aède et avec plaisir tu t’en doutes quand il est charmant !
      Bises d’excellent week-end.
      Annie

  4. Bonjour Annie.
    J’aime, pas besoin n’est d’un plus grand parchemin, un beau sonnet suffit pour remplir une vie. Ta muse comme on le voit lui aussi te taquine, cela fait notre joie au travers de la vitrine de ton site. Bravo.
    Amitiés

    1. Bonsoir Pierre,
      Quelle très belle surprise que de te lire ici, je vais donc pouvoir tenter d’aller chez toi aussi ce que je n’arrivais pas à faire jusque-là !
      Merci et à très vite sur Poésis mais j’ai quelques soucis…
      Je t’embrasse amicalement.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 3301 to the field below: