La balladine : Aux femmes battues.

Sculpture de mon amie Christiana.

Je vous invite à parcourir son blog. Vous ne serez pas déçus !

Aux femmes battues.

La femme est une fleur que l’on cueille en chemin
Prête à s’abandonner dans le creux d’une main,
Cette main qui parfois oubliant la caresse
Préfère s’envoler sur un cri de douleur…
Êtes-vous sûr, Monsieur ? N’est-ce vraiment qu’un pleur
Tandis que vous partez cajoler votre ivresse ?

La femme est une fleur que l’on cueille en chemin ;
Voyez comme elle est belle en sa robe carmin,
Pourquoi lui refuser de goûter la tendresse ?
Ne disiez-vous hier qu’elle était le printemps ?
Et pourquoi lui voler ses merveilleux instants
Tandis que vous partez cajoler votre ivresse ?

La femme est une fleur que l’on cueille en chemin ;
Toute prête à s’ouvrir pour accueillir demain,
Elle en a le pouvoir, le désir et l’adresse ;
Sans doute craignez-vous que fane sa beauté ?
Car on ne la voit plus promener son été
Tandis que vous partez cajoler votre ivresse !

La femme est une fleur que l’on cueille en chemin
Pour partager le cœur d’une vie en commun ;
Ne pensez-vous, Monsieur, qu’un jour dans sa détresse
En ayant plus qu’assez de vos tristes penchants
Elle prenne sans vous une autre clef des champs,
Tandis que vous partez cajoler votre ivresse ?

Annie

20 réflexions au sujet de « La balladine : Aux femmes battues. »

  1. Bonsoir Annie et merci pour cet ode magnifique à LA FEMME. Tes mots sont magnifiques et je suis heureuse qu’en ce moment les choses bougent et que, petit à petit, les femmes se réveillent et ne restent plus silencieuses avec leur souffrance.
    Ton poème me fait penser à un que j’avais écrit il y a pas mal d’années « l’enfant cassée ». Je l’avais publié sur un autre site mais je vais le reposter, c’est d’actualité et j’espère que ça SECOUE un peu ceux qui n’ont pas encore compris que la femme n’était ni un objet, ni un meuble, ni un puching ball. Je t’embrasse

    1. Bonsoir chère Marie,
      Je te remercie aussi pour cet écho à ma balladine que je viens de lire !
      Je lis beaucoup, inutile de te dire que j’ai bien du mal à croire à tout le mal qui a été fait aux femmes et combien en ont souffert.
      Oui il était temps que les choses changent, je déplore les exagérations mais c’est parfois en criant fort que l’on se fait un peu entendre !
      Je t’embrasse.
      Annie

  2. Oui Annie ! En ce jour où la femme prend hommage
    Tes vers dénonciateurs à deux mains j’applaudis
    Car ils évoquent bien des faits que je maudis
    C’est tout à ton honneur d’en rimer le dommage.

    Bonsoir mon amie,
    Quelle balladine ! Je suis totalement fan.
    Gros bisous

    1. Bonsoir chère Marlène, bonsoir Minette !
      Encore merci pour cet enthousiasme que tu m’offres à chacune de tes lectures…
      Merci aussi pour tes rimes qui te viennent comme par enchantement !
      A très vite et bisous.
      Annie

  3. belle balladine … tu sais, en douceur, raconter la douleur de cette femme !
    je ne saurais le faire avec cette élégance !
    gros bisous

  4. Bonjour Annie

    Belle forme poétique que la balladine. Un beau et triste poème. C’est difficile à imaginer quand on ne connait pas de telle situation, mais bon les médias en font tellement écho que l’on est obligé d’admettre que ça doit bien exister, comme les 41 hommes tué par leur femme pour les mêmes raisons… alors là j’en reste stupéfait…. C’est triste qu’une belle histoire d’amour puisse sombrer dans le sordide.

    Je te souhaite une merveilleuse journée plein de belles joies et de poèmes
    Pierre.

    1. Bonsoir cher Pierre,
      Je comprends ton désarroi face à cette balladine car moi aussi je suis tombée des nues quand j’ai su et vu une amie concernée par cet horrible problème et combien ses enfants ont souffert…
      Il ne faut pas se voiler la face quand ça arrive car ça arrive.
      Je te souhaite aussi une douce soirée.
      Annie

    1. Bonsoir chère Maria,
      Je te remercie d’avoir pris le temps de venir me relire car tu connais ce poème, c’est gentil !
      Je t’embrasse.
      Annie

  5. Bravo Annie pour ton engagement féministe et ta solidarité envers les femmes battues. Le dire en poésie est tellement plus délicat et percutant.
    Ravie d’apporter ma petite « terre » à ton édifice.
    Bisous et excuses-moi pour ce retard, j’ai tant à faire mais quand je viens ici, je ne suis jamais déçue!

    1. Bonsoir chère Christiana,
      Oh ne t’en inquiètes pas, je sais combien tu es occupée ! mais il était normal de te faire signe pour la photo, un bien agréable souvenir qui sert de belle manière la cause des femmes battues hélas, une triste réalité…
      Je t’embrasse et te remercie !
      Annie

  6. De nos jours, les femmes battues se rebiffent, et c’est tant mieux pour tout le monde … Mais, quand tout se passe bien, entre amoureux, qu’on est bien dans les bras d’une « personne du sexe opposé » !

    1. Bonsoir chère Marie-Luce et merci pour ce refrain que nous, nous avons la chance de pouvoir fredonner…
      A bientôt avec mes amitiés.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 5308 to the field below: