La strophe onéguine : Tristes regrets.

 

 

Tristes regrets

Je voulais réunir la fleur avec le fruit
Pour en faire un bouquet de nouvelle tendresse,
Mais tu n’as su m’offrir que le terrible bruit
De lourds gémissements en guise de caresse.
Aujourd’hui je suis lasse et n’ai plus de ressort,
Je coupe le cordon, je te laisse à ton sort.
Soixante ans ont neigé sur les monts et les plaines
De mes anciens jardins aux multiples phalènes,
Et si je dois fermer la porte de mon cœur
C’est que je n’attends rien d’une âme si morose,
Qui préférant bercer l’épine et non la rose,
Se retrouve bien seule à boire sa rancœur…
Adieu les souvenirs, adieu douce espérance !
Je vous tire à regret ma triste révérence .

Annie

26 réflexions au sujet de « La strophe onéguine : Tristes regrets. »

  1. Bonsoir Annie. C’est magnifique comme toujours mais que c’est triste… aussi triste que mon poème du jour. Je ne sais que penser de ce poème ni tout à fait à quoi il fait allusion. Je t’embrasse et espère que tu vas mieux « physiquement »?

    1. Bonsoir Marie,
      Je vais nettement meiux, il était temps car je n’en pouvais plus, il faut reprendre confiance dans ce pied maintenant car il n’accepte pas tout encore !
      Quant au poème un « coup de gueule » à ma manière mais qui ne servira pas à grand chose… !
      Bises et merci.
      Annie

  2. poème bien triste résultant d’une douloureuse expérience !
    on part tout feu tout flamme mais le maudit vent éteint la petite flamme…
    le printemps arrive … la nature va nous faire oublier les bourrasque de l’hiver
    gros gros bisous !

    1. Bonsoir Éliane,
      Il est vrai que nous n’avons pas été gâtés cet hiver, j’ai le teint tout blanc par manque de lumière et à la suite de mon opération…
      MERCI et bisous.
      Annie

  3. Je suis la même place que « Des mots qui volent », il y a tout un mélange d’émotions que je ressens en lisant ce poème mais seule toi tu sais laquelle est la bonne.

    1. Bonsoir Robert,
      La magie de la poésie fait que parfois on dit sans traduire ! Le principal est que ça sorte !!!
      Merci en tout cas et mes amitiés.
      Annie

  4. J’ai bien souvent senti
    Colère et amertume
    Quand plus que de coutume
    Ma muse a ralenti
    A faire rase-bitume
    Me taillant le costume
    De l’élève-apprenti !

    Bonjour Annie,
    Ça sert aussi à ça d’écrire ! Je suis sûre que ton jardin n’est pas si horrible, Madame l’Exigeante (avec un grand E ) et pour la muse je dirais « Wait and see… » !
    Gros bisous mon Amie

    1. Bonsoir Marlène mon amie,
      Pour une fois je ne gronde pas ma muse mais j’apprécie tes mots de réconfort avec grand plaisir !
      Chacun a ses secrets mais les dire sans les exposer est-ce un don ? !!!
      Je t’embrasse.
      Annie

      1. Bonjour Annie,

        Je te dis merci pour ce compliment ! Au lieu d’entendre j’essaie d’écouter et quelques fois j’arrive à saisir l’intention et le message subliminal !

        Écris encore et reprend bon moral et ça ira mieux.
        Je t’embrasse bien fort

        1. Bonjour Marlène,
          Merci d’être revenue poser tes mots qui me sont comme un baume au cœur quand celui-ci s’attriste…
          Je t’embrasse pour un excellent week-end.
          Annie

    1. Bonsoir Maria,
      Je te remercie d’apprécier cette strophe toute neuve en espérant en écrire d’autrefois un peu plus joyeuses !
      Je t’embrasse et te dis à très vite !
      Annie

  5. Écrire son amertume apporte un peu de soulagement
    mais laissons tomber tous ces regrets éprouvants…
    Admirons la nature qui s’éveille chaque jour,
    profitons de ce que le printemps nous apporte maintenant !
    Les fleurs, les oiseaux, tous ces êtres qui nous aiment vraiment….
    C’est une belle revanche sur l’indifférence…
    Gros bisous d’une amie qui te comprend si bien !

    1. Je te remercie du fond du cœur chère Éliane d’être revenue une seconde fois !
      Tu as raison, le printemps approche et tout ce qui va avec !
      Je t’embrasse avec affection.
      Annie

  6. Bonsoir Annie.

    C’est vrai que c’est un triste poème, mais aussi réunir « la fleur avec le fruit » c’est point possible c’t’histoire là hi hi hi . La fleur n’est que l’espérance de lendemains enchanteurs, le fruit ha là c’est tout autre chose ce n’est plus de l’espérance, c’est du concret du solide du bon. Je rigole Annie , mais en tous cas c’est un poème bien tourné.
    Amitiés poétiques.

    1. Bonsoir Pierre,
      Notre maître en poésie nous a souvent dit que les poèmes tristes sont souvent les plus beaux !
      Mais cela ne veut pas dire que les plus joyeux ne le sont pas !
      MERCI de tout cœur et mes amitiés fidèles.
      Annie

  7. Tu es si triste et je te comprends … On ne peut plus rien donner à la personne qui ne
    le veut pas … Concentre-toi plutôt sur les gens que tu aimes aussi et qui sont heureux de partager ton amour et ta tendresse … Ne perd surtout pas ta joie de vivre, fait la rayonner autour de toi, et peut-être que cette autre personne, par ricochet, en profitera !

  8. Bonsoir Marie-Luce,
    Je pense que cette opération à prolongation explique aussi toute la lassitude de ce fait que tu connais et qui ne s’arrange pas tu penses !
    MERCI pour ce baume au cœur que tu m’offres !
    Amitiés.
    Annie

  9. triste… si triste. 🙁 Ton très beau poème est aux couleurs du jour. Dès que ton pied sera de nouveau pleinement opérationnel, tu pourras sortir, marcher et ça ira mieux pour ton moral. Allez, bientôt le retour des beaux jours!
    gros bisous de soutien
    🙂

    1. Bonsoir chère Martine,
      Tu as raison, le temps gris et l’isolement obligé ne m’a pas aidée… mais demain je reprends la gym oh doucement tout d’abord !
      Merci et à très vite chez toi, j’étais au théâtre !…
      Gros bisous.
      Annie

  10. Oh Annie,
    C’est bien triste mais la poésie empreinte de mélancolie et de tristesse est belle à mourir.
    C’est si bon de se laisser aller en mots de douleurs.
    Et si beaux sont les plus désespérés, comme le dit Musset!
    Allez, je retourne lire tes vers printaniers pour me réconforter.
    Bisous.

    1. Bonsoir chère Christiana,
      Comme tu le sais aussi, la vie n’est pas un long fleuve tranquille, et il est bon parfois se soulever la soupape ! En poésie c’est encore mieux, on pèse ses mots…
      Je te remercie du fond du cœur.
      Bisous.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 2178 to the field below: