Le sonnet layé : L’été.

Huile sur toile d’Yvette ma maman

L’été

Dans les champs de blé mûr l’été tire la longe

D’un ciel d’or et d’argent

Qui caracole un peu, permettant que s’allonge

La nuit de la Saint-Jean.

 

Les flonflons de juillet ont goût de pêches blanches,

L’enfant danse la liberté,

Chaque jour maintenant ressemble à des dimanches,

Voyez comme il se sent gâté !

 

Et ce mois qui transpire aux saveurs de paresse,

Très fier de nous offrir sa brûlante caresse,

En devient majesté.

 

Le raisin et la prune attendent la récolte,

Septembre en sa moiteur demeure désinvolte

Et termine l’été !

Annie

 

 

30 réflexions au sujet de « Le sonnet layé : L’été. »

  1. Bonjour Annie. Un bel ode à l’été, saison agréable mais que je n’aime pas trop. Trop chaud souvent, trop de monde, trop de bruit, trop de fêtes. J’ai même ces nuisances dans mon bled de 1400 âmes. Et j’attends l’automne qui est ma saison préférée, derrière laquelle le printemps arrive en second.
    Bisous ensoleillés

    1. Je voulais déposer un commentaire, mais finalement Marie a dit exactement ce que je pensais.
      La seule différence est que j’aurais placé l’hiver avant le printemps, pour tout le reste, je me range du côté de son avis.

      Un très beau texte !

      1. Bonjour Fabien,
        J’aime et j’ai toujours aimé l’été que j’ai connu très chaud dans le Sud. Comme tout un chacun je souffre de la lourdeur mais je suis plus détendue sous le soleil ! Je n’aime pas le vent, la pluie qui me dépriment !
        Merci d’être passé me lire et d’avoir déposé ce commentaire.
        Amicalement.
        Annie

    2. Bonjour chère Marie,
      C’est curieux je pensais, comme pour Marlène, t’avoir répondu… Pardonne-moi vraiment car j’ai bien lu ton gentil commentaire…
      J’aime beaucoup l’été car tu le sais je suis née dans le Sud, c’est la lourdeur que je n’aime plus car elle me fatigue mais l’ambiance estivale ce n’est que du bonheur !
      Gros bisous et MERCI !
      Annie

  2. Ma sœur de plume rime un sonnet layé
    – Comme elle en dernier jet ma muse a pris la forme
    Prosodique – et en or l’été lors se transforme
    Son ramage mon ode au bronze a relayé.

    Bonjour Annie,
    Comme toujours tes vers si délicats m’enchantent. Je suis totalement admirative de ton art.
    Je t’embrasse

    1. Bonjour Annie,
      Je n’ai pas vu de réponse sous le commentaire de Marie ni sous le mien alors je me demande si tu les as bien reçus ? Je ne voudrais pas que tu penses un instant que je n’ai pas aimé ce sublime sonnet !
      Je t’embrasse

      1. Coucou chère Marlène,
        Waouh la honte est sur moi ! Je pensais bien vous avoir répondu… Est-ce une erreur de mon blog ou une étourderie de ma part… Tu as bien fait de me le signaler, MERCI !
        Gros bisous.
        Annie

    2. A nouveau bonjour chère Marlène et de nouveau mes excuses….
      Avec de tels mots on répond aussitôt !
      Pardon, pardon de n’avoir pas vu… Marie n’a pas dû oser me le dire, tu as vraiment bien fait. Comme je réponds à tout le monde si ça arrive une autre fois il faudra me le dire !
      Gros bisous.
      Annie

    1. Bonsoir Robert,
      C’est en effet un feu de la saint Jean que faisaient mes parents en Lot et Garonne. Maman a immortalisé l’une de ces soirées.
      Quant à ce morceau de Bach, c’est mon fils au piano…
      Merci et amitiés.
      Annie

  3. bonjour chère Annie , merci de nous offrir à la vue cette belle toile de ta maman , les feux de St jean sonne l’ équinoxe du jour le plus long, ton sonnet est alléchant de vers gourmands de fruits et de couleurs que je ne peux qu’apprécier ton joli poème
    bonne soirée
    je t ’embrasse

    1. Bonsoir chère Véronique,
      Je te remercie pour tes encouragements et tes si gentils commentaires…
      Mon père s’appelait Jean, il aimait ces feux à l’occasion de sa fête…
      Je t’embrasse pour un excellent week-end.
      Amitiés.
      Annie

    1. Bonsoir chère Annick,
      Comme moi je crois savoir que tu aimes l’été ! Oh oui il passe toujours trop vite, laissons-le s’installer !
      Amicalement.
      Annie

    1. Bonsoir chère Éliane,
      Les nouvelles sont bonnes et l’été rempli de promesses bien chaudes ! Ce soir apéro à la fraîche enfin !!!
      Je t’embrasse.
      Annie

  4. Comme belle est belle ton ode à l’été, je l’aime beaucoup et quel joli tableau, félicitations pour ce bon moment…
    L’été nous apportera peut-être ce que le printemps cette année nous a refusé !
    Bisous

    1. Bonsoir chère Éliane,
      Oui maman a fait de bien beaux tableaux dommage qu’elle n’en fasse plus…
      Merci et bisous de nouveau.
      Annie

    1. Bonjour chère Maria,
      Merci d’être venue en dépit des tous tes aléas ! Sans ordinateur nous sommes perdus n’est-ce pas ?…
      Nos deux pères avaient donc le même prénom… Je ne participais pas aux feux de la saint Jean dans le sud-ouest car je travaillais à cette époque mais j’en ai connus enfant… C’est magique !
      Merci.
      Je t’embrasse.
      Annie

  5. Bonjour Annie,
    Ah l’été! Tant pis pour la chaleur. Je sors quand même… à petites doses… pour mieux apprécier la fraîcheur préservée de la maison.
    Et puis, c’est l’occasion de surprendre une bestiole inconnue. dans mon jardin
    Jolis mots sur jolie toile et musique. Que de talents dans ta famille! Bravo!
    Bises

    1. Bonsoir chère Martine,
      Merci pour ce charmant commentaire pour lequel je te remercie de tout cœur.
      Il fait encore plus chaud, mais comme tu le dis si gentiment c’est l’été et nous allons bien nous adapter à cette température à laquelle nous n’étions plus habitués !
      Merci encore et gros bisous.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 4605 to the field below: