Archives mensuelles : août 2018

Le sonnet espagnol : Angoisse matinale.


Angoisse matinale

Mais pourquoi le matin cette peur indicible
D’affronter la journée et son évènement ?
Mon esprit tortueux craint-il d’être la cible
D’un phénomène obtus dans son acharnement ?

Et pourtant rien ne manque à mon désir gourmand !
Comment donc expliquer ce fait inadmissible,
N’avoir plus d’appétit pour un ris de froment
Qui pourtant suffisait à me rendre invincible ?

Dès le lever du jour, la plume allait bon train,
Passant de l’encrier à la chaude tartine
D’où s’écoulait un miel nourrissant mon quatrain !

Si l’inspiration devient un peu lutine
Je m’en vais retrouver le noble alexandrin
Que l’on a mis au ban d’une classe enfantine !

Annie

Le sonnet français : Vacances bretonnes.

Aquarelle de mon amie Marie-Luce

Vacances bretonnes

C’était un cabanon au fin fond du jardin
Qui fleurait le vieux foin, la pomme et le mystère,
J’aimais y retrouver ce peuple qui se terre
Et lui tendre avec foi ma lampe d’Aladin…

Oubliés la cigale et le bleu lavandin
Pour vivre une autre vie aux saveurs d’une terre
Que balayait un vent, venu du Finistère,
Afin de me chanter son air de baladin…

Pour régner dignement il me fallait un prince ;
C’est là qu’intervenait mon cousin de province,
Aussi rêveur que nous, vous ne trouverez pas !

Il chassait l’araignée et je cueillais la mûre,
Lorsque nous grimacions face au frugal repas,
Nous n’accusions le fruit mais un cri de lémure !…

Annie