Le sonnet espagnol : Angoisse matinale.


Angoisse matinale

Mais pourquoi le matin cette peur indicible
D’affronter la journée et son évènement ?
Mon esprit tortueux craint-il d’être la cible
D’un phénomène obtus dans son acharnement ?

Et pourtant rien ne manque à mon désir gourmand !
Comment donc expliquer ce fait inadmissible,
N’avoir plus d’appétit pour un ris de froment
Qui pourtant suffisait à me rendre invincible ?

Dès le lever du jour, la plume allait bon train,
Passant de l’encrier à la chaude tartine
D’où s’écoulait un miel nourrissant mon quatrain !

Si l’inspiration devient un peu lutine
Je m’en vais retrouver le noble alexandrin
Que l’on a mis au ban d’une classe enfantine !

Annie

26 réflexions au sujet de « Le sonnet espagnol : Angoisse matinale. »

    1. Bonsoir Daniel et merci pour votre fidélité à me lire ! Je vais tenter chez chez vous de commenter à nouveau, sait-on jamais, vous le méritez.
      Bien amicalement.
      Annie

  1. bonjour chère annie, tu viens de nous offrir un beau sonnet bien nostalgique envers la plume qui ne veut renaître et pourtant tu l’ as fait , mes compliments devant ta muse tendre , belle fin de journée , je t ’embrasse

    1. Bonsoir chère Véronique,
      Ah les pannes de plume et la peur qu’elles ne durent !!! Ouf ça passe bien heureusement !
      Merci pour tous tes encouragements et gros bisous.
      Annie

  2. Rien ne sert de noircir, il faut écrire divin !
    A bonne plume il faut tout le temps nécessaire !
    Ce n’est la quantité qui fait l’écrivain
    De ton talent hors pair je me fais l’émissaire.

    Bonjour Annie,
    On peut toujours rêver d’écrire bien et beaucoup ! Et si tu l’envisages je soutiendrai tes vœux, en attendant même si tes compositions se font plus rares ce n’est nullement le cas de leur excellence.
    Je t’embrasse

    1. Bonsoir chère Marlène,
      Je ne veux plus écrire beaucoup mais écrire toujours et dans les règles si possible du classique… Je ne dirais pas non pour du néo-classique mais quand la muse sera plus bavarde !
      MERCI pour ce quatrain si charmant et surtout tellement encourageant !
      Je t’embrasse pour un excellent week-end.
      Annie

  3. Bonsoir ma chère Annie,

    Un petit coucou entres les pages d’un été bien rempli.
    Quelle jolie poésie . Une perle de plus au long collier de beaux poèmes que ta muse t’a inspiré.
    Gros bisous sous un ciel incertain…

    1. Bonsoir chère Martine,
      Merci pour ce très gentil commentaire tandis que tu sembles comme toujours bien occupée et tant mieux !
      Ici le beau temps se poursuit mais matin et soir il faut se recouvrir un peu ! Eh oui septembre est bien là !
      Amitiés et gros bisous.
      Annie

    1. Bonsoir chère Béatrice,
      Moi également je suis heureuse de reprendre la plume !
      Merci pour cet encouragement qui me touche.
      Je t’embrasse.
      Annie

  4. Ta plume entretient
    la poésie classique
    richesse d’un patrimoine
    que joliment tu cultives

    les mots sur ton cahier
    sont autant de fruits
    que tes lecteurs dégustent
    avec un respect admiratif

    1. Bonsoir chère Annick,
      Que c’est de nouveau bien dit ce commentaire qui me touche énormément Annick… Merci et un excellent week-end.
      Amitiés.
      Annie

    1. Bonsoir chère Marine,
      Je comprends ce que tes mots laissent entendre… Nous avons tous des moments de passage à vide tant les soucis parfois s’accumulent… Oui il faut retrouver le calme et être patient.
      Bon courage à toi et mes amitiés renouvelées.
      A bientôt et bisous.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 2284 to the field below: