Le Carillon : Souvenirs en déroute.

Souvenirs en déroute

Je suis de nulle part, le souvenir s’efface,
J’ai tant pérégriné par les monts, par les vaux,
Je ne me souviens plus, que faut-il que je fasse
Pour dénouer le fil de tous ces écheveaux ?

Que sont donc devenus ces joyeux caniveaux
Où des gamins ravis faisaient voguer leur rêve ?
Étais-je à leur côté ? L’image bien trop brève
S’échappe à l’horizon tels galops de chevaux !

Lors je ferme les yeux : – une cour, une élève,
Un sage tablier ; est-il rose, est-il bleu ? –
Qu’il est lourd le rideau d’un passé qui se lève
Avant de s’exclamer : « C’était bien toi parbleu ! »

Et cette ombre lointaine effrayante et difforme ?
A nouveau je la vois quitter son uniforme
Quand le matin venu souriait un marin…

Était-ce pour cela que chantonnait ma mère
Oubliant pour un temps que la vie est amère
Même si le soleil sentait le romarin ?

Que de sanglots versés ont parcouru ma route
A tel point qu’aujourd’hui tout cela me déroute !
Dois-je choisir l’oubli pour n’en cueillir qu’un brin ?

Annie

24 réflexions au sujet de « Le Carillon : Souvenirs en déroute. »

  1. Bonjour Annie. Je suis d’accord avec Eliane, c’est magnifique. J’adore ce poème qui se termine par un petit souffle de nostalgie mais ne le sommes-nous pas tous et toutes un peu nostalgiques de certains moments de nos vies. Il ne faut rien gommer, rien oublier, se souvenir du bon comme du moins bon car c’est tout cela qui nous fait ce que nous sommes. Merci Annie pour ce très beau moment. ENORMES bisous pour ce joli carillon

    1. Bonsoir Marie,
      Je te remercie d’avoir apprécié ce Carillon qui résume bien l’appel des souvenirs qui me paraissent si lointains tout d’un coup… C’était hier et pourtant que de temps s’est écoulé sans que je m’en rende compte…
      Je t’embrasse.
      Annie

  2. Des petits brins de souvenir
    Au gré d’une muse inspirante
    Se font soit plainte déchirante
    Soit souche des ans à venir

    Bonsoir Annie,
    D’accord avec tout le monde sur la magnificence de ce poème que je relis avec beaucoup de plaisir.

    Je t’embrasse

    PS : J’ai bloqué mon compte alors je commente en anonyme

    1. Bonsoir Marlène,
      Tu peux me commenter en anonyme, tu restes et restera mon amie de plume, qu’importe ! J’apprécie tellement tes mots…
      Bonne et douce soirée.
      Je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonsoir Tilk,
      Je vous remercie et oui je suis d’accord, le temps nous vole certains souvenirs que nous aimerions rattraper quelquefois !
      Amicalement.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 9869 to the field below: