Le sonnet marotique : Autre époque, autre temps !

Autre époque, autre temps !

Ne gagner que trois sous pour vaquer à l’ouvrage
Pendant que ces messieurs rêvent d’être rentiers,
Voilà comment l’on perd les plus jolis métiers
Exigeant savoir-faire et beaucoup de courage !

Jadis ne disait-on, labour et pâturage
Font de notre pays les meilleurs héritiers ?
Ceux-là cultivaient l’or loin des plus beaux quartiers
Où la valeur se fond dans le creux d’un mirage…

Aujourd’hui chacun veut le beurre et son argent,
Quant à la qualité n’est-il pas affligeant
De la voir se noyer dans une mer immonde ?

Ainsi va notre époque accélérant le temps,
Mais saurons-nous toujours ciseler les printemps
Si nous courons après l’hiver de notre monde ?

Annie

18 réflexions au sujet de « Le sonnet marotique : Autre époque, autre temps ! »

  1. Bonsoir Annie. Alors là j’ai appris un mot que je ne connaissais pas « marotique ». Comme quoi internet peut être un bon outil quand il est savamment utilisé. Un vrai constat que tu fais avec ce très beau poème classique certes mais comme j’aime. Bisous amicaux

    1. Bonsoir Marie,
      Quand on dit qu’un sonnet est marotique cela vient de son créateur Clément Marot. Tu remarqueras que la formule des tercets est CCD EED au lieu de CCD EDE par exemple !
      Je te remercie pour ton attention à me lire et je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonsoir Maria,
      Comme les temps ont changé ! Aujourd’hui tout doit aller vite, mais vite et bien est-ce compatible ?
      Merci pour ton témoignage et gros bisous.
      Annie

  2. Très beau sonnet, qui remet les pendules à l’heure !
    Nos anciens travaillaient dur, de leurs mains, et le beurre était rare ! très beau !
    bisous
    Eliane

    1. Bonsoir chère Éliane,
      Tout devrait être simple de nos jours et tout devient compliqué !
      Merci pour ton témoignage aussi et gros bisous.
      Annie

    1. Bonsoir Annick,
      Il est dommage que le véritable artisanat soit cher, hélas… C’est pour cela qu’on importe mais là aussi il y a sujet à discussion !
      Amitiés.
      Annie

  3. J’ai caressé ce thème au désir de ma muse
    Et je vois que la tienne est habile aux regrets
    Ne lâchant faux bourdons de vieille cornemuse
    Mais plutôt beaux accords sur l’envers du progrès !

    Bonsoir Annie,
    Et oui mon amie, comme c’est juste et bien rimé ! L’homme sacrifie tant de choses dans sa course au profit que c’est la quantité non plus la qualité qui fait loi maintenant. Tout en finesse ton sonnet fait état de ce constat. Désolée du retard !
    Je t’embrasse

    1. Bonsoir chère Marlène,
      Il n’y a pas de retard ! C’est un plaisir de te lire, ça c’est important et à n’importe quel moment, tes mots sont de la dentelle pour moi !
      Je t’embrasse. Merci.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 5874 to the field below: