Le sonnet élisabéthain : Difficile politique !

Merci à mon amie poétesse Maria pour sa belle mise en page de mon sonnet !

 

Difficile politique !

 

Lorsque chacun aura dressé sa barricade
Le monde vivra-t-il enfin comme il se doit ?
On a du pain, du vin, quelle est cette toquade
Qui nous pousse à vouloir lever le petit doigt ?

Depuis la poule au pot de notre roi si brave,
Voilà que l’on devient beaucoup plus exigeants !
N’était-il pas plus sain de manger de la rave
En laissant les rôtis à tous nos dirigeants ?

Plutôt que de baver face à la grande élite,
Ayons l’esprit heureux en pensant que demain
Elle devra lutter contre la cellulite,
En cela nous aurons un bon point en commun !

En préférant le jeûne à toute politique,
Que j’aime m’enivrer de verve poétique !

Annie

10 réflexions au sujet de « Le sonnet élisabéthain : Difficile politique ! »

  1. Un beau sonnet et surtout un beau pied de nez aux nantis. Le français c’est bien connu n’est jamais content… c’est dans nos gênes je crois. Mais cela dit, on peut comprendre la colère quand d’aucuns n’ont pas de toit et de quoi manger alors que d’autres vivent de nos misères. C’est là où ça ne va pas, ce n’est pas d’être pauvre qui est dur, c’est de savoir que si des gens sont devenus très riches c’est grâce à notre travail qui n’est que rarement reconnu. Je t’embrasse sur le joli sourire que j’ai eu en te lisant

  2. Bonsoir chère Annie,
    Si je savais écrire comme tu le fais si bien, je crois que mon poème ressemblerai à celui-là !..Je ne peux et ne veux rien y ajouter, c’est trop bien dit !!
    gros bisous…c’est gratuit, et ça ne blesse personne !

  3. Bonjour Annie,

    Très beau poème comme toujours. Une égalité de plume que j’admire beaucoup.
    De nombreux français sont dans la souffrance, la précarité et la misère. Mais surtout, je crois que ce qui fait sortir de ses gongs, c’est le mépris, la morgue, l’arrogance de ceux d’en haut. Cela n’a pas changé depuis des siècles, en dépit de la révolution française.
    Bravo pour ton sonnet
    gros bisous

  4. Avec un bel humour il est souvent possible
    De dénoncer en vers les faits pernicieux
    De notre monde moderne aux souterrrains vicieux
    Ta chute est un espoir si drôlement plausible !

    Bonjour Annie,
    Un sujet qui m’est très familer et que de ta plume tu éclaires avec une divine subtilité. Tous mes bravos.
    Je t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 5097 to the field below: