Le Maillet : Un monde en débandade.

Merci à mon ami de plume  Flormed  pour la belle mise en page de mon Maillet.

 

 

Un monde en débandade

La mer n’est plus de glace et la terre bascule,
Le volcan se réveille au pied des villageois.
Le pauvre encor plus pauvre accuse les bourgeois
Et voit fondre à regret son tout petit pécule !

La rivière est à sec ou déborde alentour,
La mer n’est plus de glace et la terre bascule.
D’un côté l’on suffoque avec la canicule,
Et de l’autre le froid amorce un dur retour.

A force d’avoir peur des fous ou des vauriens
On cueille à reculons tout l’or d’un crépuscule…
La mer n’est plus de glace et la terre bascule ;
Seuls gardent le moral quelques épicuriens !

L’animal disparaît quand la forêt recule,
On a tant pollué bien égoïstement,
Ce réveil trop tardif serait-il alarmant ?
La mer n’est plus de glace et la terre bascule.

Annie

26 réflexions au sujet de « Le Maillet : Un monde en débandade. »

  1. Bonjour Annie et merci pour ce beau « monde en débandade ». Tu te douteras que j’apprécie HAUTEMENT d’abord parce que comme toi je constate tout ça mais aussi parce que c’est un cri. Un coup de « maillet » serait utile sur la terre de tous ceux qui polluent, détruisent, brûlent, tuent car beaucoup meurent de tout ça et cela ira de mal en pis. Je t’embrasse, merci Annie

  2. Très beau poème, mais guère optimiste ! Il faut s’y faire … La terre bouge, et l’homme ne peut pas faire grand chose !!
    Gardons notre sourire malgré tout
    gros bisous

  3. En quelques phrases tu décris bien cette situation tragique dans laquelle on vit et que malheureusement encore de nos dirigeants prennent à la légère. Oui la terre bascule et nous pauvres humains en subiront les conséquences.

    1. Bonjour Robert,
      Tout cela est bien dommage, est-il trop tard ou pas ? L’être humain n’est pas toujours un beau modèle, je crois que décidément je vais préférer les fleurs et les bêtes, quoique !!!
      Amitiés.
      Annie

  4. Dans un message fort on peut aussi semer
    Des graines alliant le fond à l’esthétique
    Pour faire éclore au jour un jardin poétique
    Aux fleurs des maux fatals dans lesquels se met.

    Bonjour Annie,
    C’est vraiment beau et tellement bien écrit qu’il faudrait le passer en message subliminal pour réussir enfin à tous les dirigeants des quatre coins du globe pour qu’ils imposent enfin des mesures urgentes aux gros pollueurs et règlementent aussi les abus individuels.
    Je t’embrasse bien fort et te souhaite un très Bon week-end

    1. Bonjour Marlène,
      Oups, ils ne liraient pas ! Beaucoup préfèrent que ça ne soit dit surtout pas en classique et nous parlons trop bas !!!!
      Merci pour cette si belle appréciation et gros bisous.
      Annie

    1. Bonjour Sedna,
      Eh oui mais nous sommes si peu nombreux à vraiment y voir clair sans chercher un quelconque avantage !!!

      Merci Sedna et mes amitiés.
      Annie

    1. Bonjour Marine,
      Oh il y a des tas de manière en écriture de crier l’impensable et je sais que tu es une grande amoureuse de la belle nature que tu dorlotes !
      Merci et bisous Marine.
      Annie

    1. Bonjour Martine,
      Merci d’apprécier ce poème qui me tient aussi à cœur !
      Je ne reçois toujours pas tes notifications et je suis en plus en retard pour tout !
      Je t’embrasse.
      Annie

  5. Si on ne peut faire grand’chose, chacun de nous peut faire quelque chose, et comme les petits ruisseaux font les grandes rivières, apportons tous notre contribution et la terre pourra continuer de tourner sans doute un peu plus « rond » !
    L’avenir appartient aux optimistes …

    1. Bonjour Marie-Luce,
      Je pense que nous ici nous faisons, je le constate en visitant les blogs, mais les dégâts vont tellement vite que la nature se venge…
      Merci Marie-Luce pour ce bel optimisme !
      Amitiés.
      Annie

  6. Suis-je disciple d’Épicure ?
    Je n’en sais rien
    quand le monde m’alarme
    Je ne perds jamais l’espoir
    que l’homme se réveille
    Abandonnant ses folies
    pour aimer les autres
    en aimant notre terre

  7. Bonjour Flormed,
    Moi aussi je ne me lasse pas de te lire de nouveau !
    Merci d’être passé et continuons à « cultiver notre jardin  » !
    Je t’embrasse.
    A bientôt sur Poésis.
    Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 2419 to the field below: