Le sonnet symétrique : Pleurs d’automne.

28 réflexions sur « Le sonnet symétrique : Pleurs d’automne. »

  1. Bonjour Annie. Comme toujours je constate que tu as le même regard que moi sur la nature, tu l’aimes et tu sais l’observer, même si tes mots pour la chanter sont bien plus jolis que les miens. Je t’embrasse.

    Il y a quelques jours j’ai posté des images de Bretagne sur By Marie, assorties d’un poème

    1. Bonjour Marie,
      Je te remercie pour tes aimables compliments que je te retourne car, tu le sais, le classique donne l’impression que c’est mieux écrit car il a des règles strictes cela ne veut pas dire que tes mots n’ont pas de valeur !
      Je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonjour Béatrice,
      Merci pour ta fidélité ! Je ne suis plus si fidèle hélas ! Vous êtes si rapides, je dois manquer de bien beaux écrits !
      Je t’embrasse.
      Annie

  2. Il faut avoir tant l’âme empreinte de douceur
    Pour écrire un sonnet qui réussit à faire
    Apparaître en phoenix une mésange chère
    Ou bien étinceler d’un sapin la rousseur.

    Bonjour Poétesse,
    Je reste coîte devant une telle oeuvre, je l’ai relue 5 fois déjà et je ne m’en lasse pas ! Je te dirai à la millième s’il y a du changement !
    Gros bisous

    1. Bonjour Marlène,
      Tes mots sont un véritable baume au cour ! Dieu sait que nos cœurs sont fragiles en poésie !!!
      MERCI chère Marlène et gros bisous.
      Annie

    1. Bonjour cher Gérard,
      Ma joue va mieux mais la surveillance est encore d’actualité… Ce fut un curieux phénomène en effet.
      Merci et bises.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 7841 to the field below: