Stances : Grand-mère bretonne.

Grand-mère bretonne

Il est de ces parfums qui hantent ma mémoire,
Déroulant du passé le plus beau souvenir,
Celui de mon aïeule au pays du menhir,
De la coiffe bretonne et d’une ancienne armoire…

Quand l’âtre chantonnait les émois du matin,
Le vieux meuble de chêne étirait ses jointures ;
En demeurant blottie entre mes couvertures,
J’espérais simplement que dure ce festin !

Les yeux malicieux de grand-mère l’idole
Pétillaient de sa joie à me faire plaisir,
Mon bonheur était tel qu’il me voyait rosir
Dès qu’un fumet connu lançait sa farandole !

Alors je bondissais, comme un chaton malin,
Avide de goûter les crêpes en dentelle
Dont la chaleur encor, tendrement maternelle,
Longtemps demeurera dans mon rêve orphelin.

Au clic-clac des sabots, répondait la pendule,
Égrenait chaque instant de ses doigts dégourdis,
Afin de rappeler que même au paradis,
Chaque minute offerte apporte sa ridule…

Annie

28 réflexions sur « Stances : Grand-mère bretonne. »

  1. j’avais aussi une grand-mère…Bourguignonne ! Très gentille avec moi !
    Elle faisait cuire des petites patates pour ses 4 poules ! J’adorais en prendre une ou deux, ôter la peau et les manger à la croque au sel sur le coin de la table …un délice !!
    pas de rimes, mais une histoire remontée de très loin !!!
    Merci Annie

    1. Bonjour Éliane,
      Ce que nous mangions chez notre grand-mère avait comme un goût de paradis, je suis d’accord !
      Je t’embrasse pour un excellent dimanche.
      Annie

  2. Tes souvenirs d’enfance à l’image des crêpes
    Ont des goûts savoureux si bien emmiellés
    Que j’y succombe au dam de ma taille de guêpe !
    Mais j’aime tant les mets que ton art a nielllés !

    Bonsoir Annie,
    Pas eu le temps de terminer mon post et je l’ai transmis par maladresse, désolée. Tes stances m’ont mis l’eau à la bouche et du miel dans le coeur,
    je me sens apaisée. Merci de ce divin partage
    Des gros bisous

    1. Bonjour et bon dimanche Marlène,
      Les parfums de cette période de ma vie ne me quitteront jamais, du moins je l’espère car ils s’éloignent quelque peu ! A moi de les faire revivre !
      Merci pour tes mots si généreux et gros bisous.
      Annie

  3. Les souvenirs que j’ai de mon adolescence c’est qu’on allait manger une crêpe bretonne au restaurant « la crêpe bretonne » qui n’existe plus maintenant mais je ne suis pas certain.

    1. Bonjour et bon dimanche Robert,
      Les crêperies bretonnes existent toujours mais la tienne qui sait ? !
      La Chandeleur approche, il faut en profiter pour ranimer la flamme du souvenir !
      Amitiés.
      Annie

  4. bonjour annie, comme toujours ta plume excelle à nous ravir sa lecture , je revois dans ton poème le souvenir de la bretagne avec mes grands-parents et les fameuses galettes de blé noir cuites sur le feu , à part que ma grand-mère avait un caractère non douceâtre envers moi et mon frère …merci de nous offrir ce magnifique poème , je t ’embrasse

    1. Bonjour et bon dimanche Véronique,
      Je suis contente de faire jaillir chez toi également quelques souvenirs parfumés !
      J’ai connu aussi les riches galettes de blé noir !
      Je t’embrasse.
      Annie

  5. Bonjour Annie. J’avais écrit un poème du même genre posté sur mon ancien site et tu n’imagines pas combien le tien résonne en moi de souvenirs forts. Ma grand mère faisait aussi des crêpes mais pas que pour nous, elle les vendait aussi au village et c’est tant et tant de bons moments passés en la regardant baratter son lait pour faire le bon beurre salé et faire ses galettes en un tour de main…. Merci pour ce moment.
    En revanche Annie, es-tu fâchée car je ne reçois plus ta newsletter et tu ne passes pas non plus sur mes poèmes, qui je le reconnais ne valent pas tripette mais j’étais heureuse de tes passages. Je t’embrasse

    1. Bonjour Marie,
      Ah le lait baratté ! Avec la ma grand-mère nous allions en acheter dans une ferme… Quel heureux souvenir !
      Je ne suis pas fâchée voyons, voyons !!! Je ne reçois plus ta news… Hélas !
      Gros bisous.
      Annie

    1. Bonjour Marine,
      Merci Marine pour cet aimable commentaire. Il est vrai que les crêpes faites dans la cheminée ont un parfum unique !
      Bon dimanche et bisous.
      Annie

  6. re-bonjour Annie,

    le souvenir tendre et mélancolique d’une grand-mère parfumée à l’amour et aux gâteaux.
    Un poème doux comme une confiserie que l’on laisse fondre sous la langue. Quels beaux souvenirs tu réveilles Annie. Merci
    bisous

    1. Bonjour Martine,
      C’est moi qui te remercie chère Martine ! Quand on a de tels souvenirs on est au moins riche de quelque chose !
      Je te souhaite un excellent dimanche.
      Gros bisous.
      Annie

  7. Bonjour Annie,

    Oh combien c’est joli, combien c’est doux et que tes souvenirs m’en évoquent bien d’autres….. C’est un peu le Madeleine de Proust en quelque sorte.
    Je t’embrasse et te souhaite une très belle journée
    Dominique

  8. Bonsoir Annie,
    Je viens de me régaler de ces belles et bonnes crêpes… parfumées de souvenirs d’enfance et sucrées de l’amour d’une grand-mère…
    Merci à toi pour cette belle et savoureuse poésie !
    Bisous !

    1. Cher Daniel bonjour et merci de tout cœur d’être passé te régaler de mon souvenir !
      Bravo pour tes récompenses que j’ai vues chez toi !
      J’espère que tout va bien…
      Je t’embrasse.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *