Le sonnet français :

Que ne suis-je ?

Que ne suis-je le trait d’un passé qui m’obsède,
Je pourrais au réveil le gommer le matin
Pour détourner le cours d’une vie intermède,
Un pied dans le bonheur l’autre dans l’incertain !

Que ne suis-je le nœud d’un instant qui décède,
Je pourrais l’attacher aux rives du destin
Laissant couler mes jours sans recours au remède
Qui permet d’affronter d’un regret l’importun !

Mais hélas je ne suis qu’un morceau de brindille
Accrochée au hasard ainsi qu’une cédille
Suit au pied de la lettre un mot sur le buvard…

Ai-je donc tant vécu que je m’en inquiète
Mon verbe devient-il un terrible bavard ?
Qu’il me faut désormais le mettre à la diète !

Annie

18 réflexions sur « Le sonnet français : »

  1. Bonjour Annie c’est un bien beau sonnet
    Ton vers est toujours là la preuve ta muse s’éveille
    et nous enchante et surtout pas de diète elle à faim de poésie
    Elle prends juste son temps pour mieux nous éblouir
    Tu es une belle personne et grande poétesse
    Bon et doux dimanche
    Je t’embrasse

    1. Bonjour Béatrice,
      Je te remercie car tu es vraiment généreuse avec ma plume bien modeste pourtant !
      Merci aussi pour cette amitié virtuelle que tu m’offres en ces jours qui affectent tout un chacun…
      Gros bisous.
      Annie

  2. Voici revenue la période où l’écriture coulera en douceur avec le calme retrouvé de nos intérieurs frileux et protecteurs, en tête à tête avec la muse, dans la parenthèse de la quarantaine.

    Gros bisous virtuels…
    Tout va bien chez toi?

    1. Bonjour et merci Christiana,
      Chez nous ça peut aller ! On vit entre les promenades au bord de Sèvre et notre jardinet… Je plante, je plante autant que je le peux ! Ainsi j’oublie…
      J’espère que tout va au mieux pour ta petite famille…
      Gros bisous aussi en attendant de meilleurs jours…
      Annie

  3. Je salue, j’aime surtout

    Que ne suis-je le nœud d’un instant qui décède,
    Je pourrais l’attacher aux rives du destin
    Laissant couler mes jours sans recours au remède
    Qui permet d’affronter d’un regret l’importun !

    C’est juste et beau Annie

    1. Bonjour Marine,
      Merci d’avoir apprécié ce quatrain en particulier ! Il m’est venu d’une traite celui-ci ! Ce sont toujours les plus sincères !
      Bon week-end toute de même !
      Gros bisous.
      Annie

  4. j’aime beaucoup cette poésie Annie, et ce vers particulièrement  » Un pied dans le bonheur l’autre dans l’incertain !  » J’espère que vous allez bien. Bises …on a le droit comme çà !!!

    1. Bonjour Gérard,
      Merci pour cette aimable appréciation car moi aussi j’étais contente de cette strophe venue d’un seul tenant !
      « On va » pour l’instant, comme tout le monde, entre patience et agacement !
      Bises à ta petite famille.
      Annie

  5. Bonjour Annie,
    Tu vois bien que ta muse ne t’a pas oubliée. Ce sonnet est empreint d’une légère nostalgie de quand tout allait bien (du moins je le ressens ainsi) et toujours si bien tourné. Tu mérites vraiment tous les prix qui te sont attribués ma chère amie. Je t’embrasse
    P.S. Comme Gérard j’aime beaucoup cette phrase.

    1. Bonjour Marie,
      Merci pour toi aussi chère Marie qui apprécies toujours mes humbles vers !
      J’attends des résultats en effet mais c’est toujours très curieux d’un jury à l’autre !!! Il y a tellement d’excellents poètes plus doués !
      Je t’embrasse fort.
      Annie

  6. Bravo pour ce superbe exercice.. tu es douée en tout, chère Annie.. toujours un grand plaisir que de lire tes créations ! Merci de m’avoir rendu visite..

    1. Bonjour Sedna,
      Ou la la ! Je ne suis pas du tout douée en tout ! Tu es trop généreuse mon Dieu ! En tout cas merci… Tu n’es pas en reste sois-en certaine !
      A bientôt et bises matinales.
      Annie

    1. Bonjour Robert,
      Ah oui je comprends ! Mais sais-tu, il se met à la diète tout seul aussi parfois !!!
      A très vite !
      Amitiés.
      Annie

  7. Une note suffit pour l’envol de ton ode
    Le plus long cependant est que ta muse soit
    Disposée à l’offrir acquise au don de soi
    Cet espoir est pour nous loin d’une chiquenaude !

    Bonjour Annie,
    Tes newsletters sont passées dans mes spams et vraiment je ne comprends pas pourquoi. Heureusement je vais toujours voir tôt ou tard se qui se passe chez toi surtout si je suis en berne car je trouve toujours d’excellents médicaments ! Comme ce sonnet d’exception que je vais relire mille fois vu l’intensité de ma désespérance actuelle.
    MERCI mon amie, gros bisous

    1. Bonjour Marlène,
      Tu n’es pas la seul à me le dire… Mon fils a changé de serveur… Est-ce la cause de ce désagrément pour vous ? Je ne sais !
      L’important en effet est de nous retrouver…. surtout en ce moment !
      Quelle chance d’avoir des blogs !
      Merci à toi et à quand tu veux !
      Annie

    1. Bonjour Véronique,
      Waouh que tu es encourageante ! Oui je pense que la Muse sera plus souvent au rendez-vous, car elle a beaucoup à dire en ces jours…
      Gros bisous mon amie.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *