Le sonnet français : Mon amour de toujours.

Aquarelle de mon amie Marie-Luce

 

Mon amour de toujours

Qu’est-il donc devenu mon amour, mon ami,
Qui de sa voix profonde apaisait les querelles,
Tandis que le désir couvait sous les ombrelles,
Et que le bel été semblait s’être endormi ?

Je vois venir le temps de n’être qu’à demi,
Bel amant de toujours, troublant les tourterelles,
Tu ne peux oublier qu’à l’ombre des tourelles
On bénissait le soir quand il avait blêmi !…

J’aimerais retrouver la douceur de l’ivresse
Quand nous restions au lit en feignant la paresse,
Tandis que je m’offrais au plus tendre examen…

Retournons s’il le faut dans cette herbe complice,
Nous mêlerons nos cœurs aux parfums de mélisse,
Un peu comme autrefois, et bien moins que demain !

Annie

20 réflexions sur « Le sonnet français : Mon amour de toujours. »

  1. L’amour plus que jamais est planche de salut
    Et ta plume à cet art se plait en joliesse
    A nous remémorer nos bons jours de liesse
    Un partage en ces temps qui touche à l’absolu.

    Bonjour Annie,
    Tu nous rimes la solution et ce serait magnifique qu’elle soit lue par des millions d’entre nous et mise aussitôt en application !
    Je t’embrasse fort

    1. Bonsoir Sedna,
      Merci à toi, je comprends, au lit on tente de ne plus penser à rien !
      Ce qui me sauve c’est aussi le jardin !
      Amitiés.
      Anne

  2. Réinventer chaque jour
    l’amour d’hier
    qu’il murisse pour l’avenir
    et savoir qu’en son cœur
    c’est aujourd’hui
    qu’il est bon d’aimer
    un peu plus que la veille
    un peu moins que le lendemain.

    L’amour comme son jardin
    de jour en jour s’entretient

  3. Bonsoir Annie,

    Un poème tendre, nostalgique et sensuel à la fois. J’aime beaucoup !!
    avec un coup de cœur supplémentaire pour le dernier vers et ce petit clin d’œil à Rosemonde Gérard.

    Grosse bises et belle semaine
    Dominique

  4. Etre étroitement confinée avec son compagnon peut être la pire ou la meilleure des choses :
    – la pire, c’est hélas le sort des femmes battues (comme le dit Marlène Schiappa )
    – la meilleure est pour les Bien-Aimées qui ne songent qu’à mettre le Petit Jésus dans la crèche … (25 Mars + 9 mois = Noël)
    Vivement la fin de l’année … … … … … … … … …

    1. Bonsoir Marie-Luce,
      Eh bien les comptes sont bons à ce que je lis !!!
      Tu m’as bien amusée !
      Je t’embrasse…. de loin………….Hélas !
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *