Le sonnet marotique : Au fil du temps.

 

BLOG EN PAUSE

 

 

Huile sur toile d’Yvette ma maman

 

Au fil du temps

Sur les fils du printemps j’ai brodé ma jeunesse
Pour en faire un été digne d’un rossignol,
Mais en quittant trop tôt le pays de Pagnol,
Hélas, il a fallu que cent fois je renaisse !

Je pensais posséder un réel droit d’aînesse
Sur ma belle région, dont l’accent branquignol,
Amusait le cousin qui se voulait guignol
Lorsque l’occasion jouait à la clownesse !

A force de vouloir un meilleur paradis
On ne récolte pas la valeur d’un radis,
Mes parents voyageurs ne faisaient pas ripaille…

En prenant mon envol j’ai choisi la raison
Plutôt que de pleurer le bleu d’un horizon,
Et j’ai chauffé mon cœur au sein d’un feu de paille…

Annie

16 réflexions sur « Le sonnet marotique : Au fil du temps. »

  1. Pourquoi s’attache-t-on au lieu de la naissance ?
    Je me dis forcément c’est qu’on y est heureux
    Mais on peut se trouver d’autres nids chaleureux
    Le temps est précieux par son evanescence.

    Bonjour Annie,
    Ô Nostalgie de la Provence natale, quand tu nous tiens !
    En même temps je comprends car sans y être née je l’adore cette région.
    Ton sonnet qui me fait entendre les cigales et sentir l’odeur de la lavande avec brio.
    Profite bien de tes roses pendant le temps de ta pause !
    Gros bisous

  2. Bonsoir.. Et oui, notre paradis c’est nous qui le créons là où nous choisissons d’installer nos pénates Un joli sonnet sur une très jolie toile. Je suis de tout coeur avec toi, je comprends ta pose et moi je vais reprendre un post seulement tous les deux jours car j’ai trop mal au dos et le PC est une plaie pour ça. Gros bisous

  3. Je n’ai jamais voulu m’éloigner beaucoup de ma Gascogne pas plus loin que la belle Occitanie que l’on a remaniée je ne sais pas pourquoi, enfin de mon sud-ouest que j’adore, et je ne saurais vivre ailleurs, je pense, même si j’ai vraiment aimé les Alpes, le Var, la Méditerranée, les Cévennes, l’Auvergne, l’Alsace, la Bretagne, je me trouve vraiment chez moi entre l’océan et les Pyrénées…
    Joli sonnet et la toile est belle aussi…
    Bises et bonne pause Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *