Le sonnet français : Mots pour maux.

MERCI  Maria pour cette sublime mise en page !

Mots pour des maux

Poésie, ô mon âme ! ô ma douce amertume !
Si je prise ton art, c’est au nom de ce pleur,
Que je verse aujourd’hui pour calmer la douleur
Se vêtant de nouveau d’un minable costume.

Appeler au secours cela n’est pas coutume ;
Dans mon simple univers j’ai pour seule valeur
Un silence troublé par un merle siffleur
Dont le chant bienvenu calme mon apostume.

Puisque le monde est sourd, à quoi sert de crier ?
Mieux vaut tremper sa plume au fond de l’encrier
Pour y puiser des mots que le ciel peut entendre.

Quand le temps reviendra de dresser le couvert,
Avec si peu d’amis, il faudra bien comprendre
Que mon désir sera d’aller me mettre au vert !

Annie

 

 

 

 

 

17 réflexions sur « Le sonnet français : Mots pour maux. »

  1. Bonjour Annie il est sublime ton sonnet
    Comme tu le dis ci le monde sortons notre encrier et notre plume pour écrire nos cris sous le ciel d’espérer de tant d’indifférence , mes bravos chère amie pour ce beau partage poétique en ton cri douce journée je t’embrasse

  2. En ce moment Annie, je crois que si nous nous laissions aller, beaucoup d’entre nous seraient dans le cri : cri d’incompréhension face au fonctionnement de nos politiques (ou voyous selon ou les deux), cri d’impuissance face à cette saleté de virus, cri d’énervement face à la lenteur des administrations et à la manière dont les établissements de santé sont gérés, cri de rage face à notre impuissance à modifier tout ça.
    Je ne trempe plus ma plume pour écrire mes ressentis mais je les exprime quand une poétesse amie m’en offre l’opportunité. Toujours beaux tes mots et toujours lourds les maux. Je t’embrasse.

    1. Bonsoir Marie,
      Ce que tu as dit est tellement vrai, si tu savais ! C’est pire encore que ce que l’on peut imaginer…
      Je t’embrasse.
      Annie

  3. Si l’on commence à croire à l’insignifiance
    Des plaintes du poète alors autant cueillir
    Aussi les fleurs du mal ! Tu peux t’enorgueillir
    De composer de vers rendant la confiance !

    Bonjour Annie,
    Ils soignent aussi mes maux tes doux vers alors ils ne faut surtout pas désespérer, on gagnera à l’usure !
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *