La Terza Rima : Trop tard.

 

 

Sculpture de mon amie Christiana Moreau.

Trop tard

Je voulais réunir la fleur avec le fruit,
Pour en faire un bouquet de nouvelle tendresse,
Mais tu n’as su m’offrir qu’un silence et son bruit.

Mendiante d’amour, j’espérais ta caresse,
Un peu comme autrefois, lorsque j’étais enfant,
Car en ces temps bénis on ne sait la détresse.

Dans tes bras j’éprouvais un plaisir triomphant
A me faire bercer, nichée en cette osmose,
Dont j’ignorais alors le pouvoir étouffant.

Ah combien j’ai souffert de la dure ecchymose
Que ta fuite inutile a laissée en mon cœur,
Aujourd’hui tu reviens, je ne suis plus ta chose !

Ne pouvant remplacer celui dont la liqueur
Enivrait tes désirs de folles aventures,
Tu rejettes sur moi des colliers de rancœur.

Nous aurions pu, maman, dans de tendres pâtures,
Construire un autre nid, sans reproche et sans heurt,
Pour accueillir, enfin, maintes progénitures.

Hélas, je vois déjà l’éclat du jour qui meurt.

Annie

18 réflexions sur « La Terza Rima : Trop tard. »

  1. Un poème superbe comme toujours ma chère Annie mais entre les lignes duquel j’entrevois de la tristesse et un peu d’impuissance à changer les choses.
    Je t’embrasse fort, en ce moment nous avons tous l’humeur morose et ce n’est plus le temps des roses.

    1. Bonsoir Marie,
      Tu as tout compris car tu me connais désormais même à distance !
      Je t’embrasse.
      Bonne soirée en dépit de tout !!!
      Annie

  2. Les amours avortés sont les plus déplaisants
    Ils ont le goût amer de ce fruit l’on cueille
    Trop vert et n’offrant plus d’attraits satisfaisants
    Lors son pauvre bouquet nos faveurs ne recueille !

    Bonsoir ma chère Annie,
    J’ai beaucoup apprécié cette mélancolique terza-rima sur un sujet qui fera écho chez plusieurs d’entre nous, réveillant des quelque secrète nostalgie.
    Bon week-end et gros bisous

  3. C’est une belle sculpture et prenant ce texte mélancolique, qui me touche profondément, comment peux-ton s’éloigner de ceux que l’on aime, c’est tellement triste et pèse chaque jour sur notre vie…
    Merci Annie

    1. Bonsoir Marine,
      Oh oui hélas ! heureusement que cela m’a servi pour rendre mes enfants heureux car pour moi… il est trop tard !
      Je t’embrasse.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *