La Ballade : Souvenirs.

 

Souvenirs

J’avais une belle maison
Avec un toit dont chaque lauze,
Les yeux levés sur l’horizon,
Offrait à ma progéniture
Une douceur de couverture.
Ainsi coula le fil des ans,
Sous un ciel pur et grandiose ;
Je me souviens des jours plaisants.

Je cultivais chaque saison,
Le pourpre, l’or, la primerose.
Si je tombais en pâmoison,
Face au bonheur d’un jour plus rose,
C’est que l’hiver, pâle et morose,
Lâchait ses tout derniers brisants
Sur la jacinthe à peine éclose.
Je me souviens des jours plaisants.

Je dois me faire une raison
Et vivre enfin l’apothéose
D’un autre gîte en floraison,
Où l’esprit muse et se repose !
Ici le temps coule en osmose
Avec de doux refrains grisants,
Chantés par l’oiseau virtuose.
Je me souviens des jours plaisants.

Envoi

Amis qui partagez ma cause,
Éloignez-vous des feux sacrés
Quand l’âge d’or a son arthrose !
Je me souviens des jours plaisants.

Annie

24 réflexions sur « La Ballade : Souvenirs. »

  1. Bonjour ma chère Annie. A la nostalgie, elle reste toujours ce qu’elle était quoi qu’en ait dit Simone… Chaque ligne nous conduit vers tes souvenirs mais il y a toujours des après et parfois, avec le temps, ces après dépassent en beauté les souvenirs… ou du moins les estompe. Je suis certaine que tu auras là où tu es maintenant, de très jolis souvenirs aussi mais ils n’auront pas le goût de ceux que l’on a quand des gamins nous courent dans les jambes… nos arthroses nous le rappellent de temps en temps. Je t’embrasse

    1. Bonsoir Marie,
      Je te remercie pour avoir su apprécier ma nostalgie à répétition !
      Il faut dire qu’en ces jours les distractions sont rares ! Les souvenirs d’avant rejaillissement !
      Gros bisous.
      Annie

    1. Bonsoir Sedna,
      Oui j’en suis consciente, cette nostalgie rejaillit sans cesse ! Avec le temps qui passe ça ne va pas s’arranger !!!
      Merci et amitiés.
      Annie

  2. La nostalgie berce ta plume
    sur l’accroche des souvenirs
    qui au cœur s’enracinent

    Aujourd’hui n’est plus hier
    demain sera tout autre
    semant les pétales du jour
    sur nos chemin d’avenir !

  3. Merci de la balade au cœur de ton jardin
    Je vais souvent la faire avec un grand délice
    Pour du confinement retirer la pelisse
    D’ennui puis de cueillir grappes de muscardin !

    Bonjour Annie,
    Tes souvenirs me sont vraiment d’un grand réconfort et je suis heureuse de m’y replonger pour ensoleiller le gris de mes pensées.
    Je t’embrasse

    1. Bonsoir Marlène,
      Je me doute que cette période est bien grise… Cela n’arrange pas non plus les autres soucis de la vie courante.
      Courage, nous allons y arriver !
      Je t’embrasse.
      Annie

  4. Bonjour Annie,

    Quel beau poème! On sent combien cette maison est chère à ton cœur. Elle restera au chaud dans un coin de ta mémoire. Un petit coin douillet où il fera bon souffler et se réjouir de cette vie sous son toit.
    Bises

    1. Bonsoir Martine,
      Il est vrai que j’y tenais à cet maison, symbôle de nouvelles racines… Ici je plante aussi c’est ce qui me fait tenir !
      Merci et gros bisous pour toi.
      Annie

    1. Bonsoir Marie-Luce,
      Tu dis vrai ! Je ne pourrai jamais oublier ma maison rose et ………………le reste !!!
      Merci et mes amitiés toujours.
      Annie

  5. Bonjour Marie
    Un chouette texte… Mais oui, le temps file et nous emporte… heureusement, il nous accorde ainsi la chance de vivre de nouvelles aventures, de faire de nouvelles découvertes et pour toi, c’est certain, de t’inspirer de nouveaux poèmes que nous lirons avec plaisir!
    Bises et merci pour tes visites chez moi…

    1. Bonjour Aliselle,
      (Petite erreur de prénom !!! Ce n’est pas grave ça m’arrive souvent !!! )
      C’est moi qui te remercie de tout cœur.
      A bientôt et amitiés.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *