Le sonnet français : Jour après jour.

 


Jour après jour…


Un nouveau jour encor va mourir dans l’espace
En cueillant au passage un rai de diamant
Pour offrir à la lune, ô précieux amant !
Un brin de souvenir avant qu’il ne trépasse.

Un autre le suivra se glissant dans l’impasse
Qui mène à l’inconnu du rouge firmament ;
C’est là que le Berger, d’un pur enchantement,
Protège son troupeau des serres d’un rapace.

Chaque ange de la nuit ouvre son coffre-fort
Pour y ranger l’amour récolté dans l’effort
Par les petites mains d’ouvrières nocturnes ;

Mais dès que le soleil étale ses rayons,
Tout un peuple à l’affût rechausse ses cothurnes
Pour colorer l’azur de ses plus doux crayons…

Annie

25 réflexions sur « Le sonnet français : Jour après jour. »

  1. On sent la belle saison qui sourd de notre mère Nature, un rayon de soleil et tout se remet à vivre, tout est en mouvement… Les sols sont gorgés d’eau mais tout va revivre comme toujours !
    Bises Annie

  2. Bonjour
    Je découvre ton blog au fil mes pérégrinations et je suis tombée sur ce merveilleux poème, j’adore la poésie, j’en mets très souvent à la fin de mon post mais ils ne sont pas de moi. Je vois que ce superbe poème est de toi, il est plein de charme et et plein de promesses pour le jour à venir…un grand bravo !
    Bonne journée
    Bises amicales
    Méline

    1. Bonsoir et merci pour votre passage ici ! Il me faut aller visiter votre blog du coup !
      Oui je ne mets que mes poèmes… Parfois ceux d’amis poètes !
      Amicalement.
      Annie

  3. .. Ainsi s’enfuit le temps sans s’accorder de pause
    D’un bord l’on voit la mort, telle oeuvre d’un vautour
    Engloutissant les chairs sans rien laisser autour
    De l’autre la splendeur de la vie où s’impose
    En reine l’espérance..

    Bonsoir chère Annie,
    Ce soir je fais dans la facilité ! De cet extrait d’un poème de 2017, je viens célébrer la naissance du tien que je trouve comme toujours magnifique.
    Je t’embrasse

  4. jeu du jour et de la nuit
    complicité soleil, lune
    en myriades de nuances
    sur la palettes des cieux

    Ton poème fait dérouler très joliment l’harmonie du temps qui sans cesse se renouvelle sans jamais se ressembler…

    1. Bonsoir Marie-Luce,
      Oui Marie-Luce nous n’allons pas tarder à voir le bout d’un long tunnel… Tout ne sera pas rose, hélas, mais à côté de nous ici !
      Amitiés.
      Annie

      1. Que ta Maman réside maintenant à Mortagne-sur-Sèvre, est sûrement pour Toi un grand soulagement … Vous pourrez vous voir tellement plus facilement, et qui sait peut-être retrouver votre complicité d’antan, ce que je te souhaite de tout cœur !

        1. Bonjour Marie-Luce,
          Hélas tout arrive bien tard… Mais j’espère comme tu le dis qu’en dehors d’une grande détresse renaîtra un brin de tendresse.
          Merci pour ton amitié.
          Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *