Le sonnet quinzain : Timidité.

 


Timidité


Je me souviens d’un temps où j’étais jeune et belle,
Mais ne le sachant pas, je préférais les fleurs,
Je lisais Cendrillon et je cueillais ses pleurs,
En les mêlant aux miens de naïve rebelle !

A la saison des fruits, mon teint de mirabelle,
S’éclaira d’un sourire et prit quelques couleurs,
Juste assez pour rêver de parfums enjôleurs ;
Bien trop timide encor, je n’ouvrais mon labelle !

Deux ou trois brins d’amour et voilà que soudain,
J’appris à côtoyer les roses d’un jardin,
Où la galanterie invitait à la danse…

Aujourd’hui c’est l’automne, et je traduis en vers,
Tout ce qui fait ma crainte à l’aube des hivers ;
Faudra-il désormais réduire la cadence,

Pour polir de nouveau tout l’art de la prudence ?

Annie

18 réflexions sur « Le sonnet quinzain : Timidité. »

  1. Une très belle ode à nos jeunesses, la tienne, la mienne, celles de tes visiteurs. C’est joliment tourné comme toujours et on entre dans ce poème comme s’il parlait de nous. Je t’embrasse

    1. Bonsoir Marie,
      Ah nostalgie quand tu … reviens et c’est le cas !
      Merci pour ce charmant commentaire et gros bisous.
      Annie

  2. Pour moi c’est une erreur d’écrire  » quand j’étais  »
    Je crois que pour chacun Jeunesse se limite
    Simplement au reflet que notre esprit imite
    Et quant à la beauté que de vent n’a d’étais !

    Bonsoir Annie,
    De ce sublime sonnet quinzain je ne changerais que le temps auquel tu conjugues les verbes ! A mes yeux sans le moindre doute tu es jeune et belle, na !
    Je t’embrasse

    1. Merci chère Marlène,
      Je crois que j’ai besoin de vacances car oui tout à coup j’accuse… les années !!!
      Tu es bien gentille de me dire le contraire… Je vais donc essayer de te croire !
      Gros bisous et encore…. merci !
      A très vite.
      Annie

  3. un magnifique Sonnet chère Annie un plaisir de te lire le temps passe mais pas nos émotions et la jeunesse est là dans notre cœur, Mon arrière grand père disait à ma grand-mère que lui n’était pas vieux seuls les vêtements qu’il portait étaient vieux …Bisous l’amie …Belle journée

    1. Bonsoir Maria,
      On dit ça effet, que la beauté est à l’intérieur ou que c’est dans la tête ! Dommage, car quand on a la jeunesse et la beauté, on trouve cela normal et l’on ne pense pas à demain, cela semble tellement loin !!!
      Je vais essayer de ne plus m’effrayer du temps qui passe !
      Gros bisous.
      Annie

    1. Bonjour Sedna,
      Crois-tu ? Je vais essayer de le croire avec toi… Je doute beaucoup en ces jours décidément !!!
      Merci Sedna et mes amitiés.
      Annie

  4. Bonjour Annie, quel magnifique sonnet
    La jeunesse est éternelle dans l’âme et notre coeur d’enfant
    De belle émotions partagée, un talent poétique qui te caractérise
    J’adore merci du partage, douce journée bisous

  5. Quand la jeunesse s’en va
    la sagesse s’en vient
    la prudence en vertu
    s’alliant à l’expérience
    enrobe désirs et envies
    au chemin de nos vies

    1. Bonsoir Annick,
      Par la force des chose la prudence et la sagesse sont de mise, en effet, Annick !
      Merci avec mes amitiés.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *