Le sonnet français : Bientôt.

 

Bientôt


Quand reviendra le temps des rires et des fleurs,
J’irai par les chemins, j’irai sur la colline,
En suivant l’oiseau bleu dans l’aube qui décline,
Et jouir du matin négligeant ses pâleurs.

Les pinceaux du printemps, de leurs mille couleurs,
Effaceront bientôt de leur grâce câline,
La noirceur des sous-bois ôtant leur capeline,
Soulagés d’en finir avec les tristes pleurs !

J’ouvrirai chaque jour la porte ou la fenêtre,
Je bénirai le ciel tout heureux de renaître,
Sans craindre le nuage ou la force du vent…

Je guetterai le soir la lune et sa chandelle,
Pour attraper au vol un chant d’engoulevent,
Et broder mon sommeil d’un rêve d’hirondelle !

Annie

15 réflexions sur « Le sonnet français : Bientôt. »

    1. Bonsoir Marie,
      Je suis allée lire ton écho et je n’ai pas été déçue ! Rêvons ! C’est gratuit et c’est non pour le moral !
      Je te remercie et je t’embrasse.
      Annie

  1. de jolies brindilles d’espoir s’envolent dans ce ciel où l’hirondelle reviendra.. j’aime beaucoup. Merci aussi de tes appréciations sur mon blog, je te sais grande poétesse et tes commentaires me touchent tellement.

    1. Bonsoir Sedna,
      Tu sais tes tiens me touchent aussi énormément, car parfois, quand on doute de nos écrits, ces commentaires sont un tremplin pour continuer cette belle aventure !
      Amitiés toujours.
      Annie

  2. Tu décris bien l’espoir de l’été alors que je regarde par la fenêtre et une douce neige tombe lentement Oui l’été un jour reviendra mais ce n’est pas pour demain

    1. Bonsoir Marine,
      Tu ne peux l’avoir lu ailleurs car il est de moi ? ! Mais en effet je me suis inspirée de « Demain dès l’aube », c’est sans doute ce que tu veux dire !
      Merci Marine et gros bisous.
      Annie

    1. Bonsoir Marie-Luce,
      Je suis toujours impatiente de voir les premiers signes du gai printemps ! L’hiver me pèse surtout en ces temps difficiles !!!
      Amitiés.
      Annie

  3. D’un rêve d’hirondelle !
    Très beau

    Ne laissons pas s’éteindre les rires
    Ne laissons pas se faner les fleurs
    gardons toute la chaleur intérieure
    en attendant que renaisse le printemps !

  4. J’accours pour mon hommage avec beaucoup de honte
    D’avoir manqué ce post je guettais bêtement
    Une alerte partie imperceptiblement
    Je me mets vite à jour c’est bien tout ce qui compte !

    Bonsoir Annie,
    Je découvre en retard ce sonnet somptueux, je le regrette car tu sais combien ta muse chaque fois émoustille la mienne ! Bien fait pour moi j’aurais dû visiter ton blog sans attendre la notification. Du coup je me suis « autopunie » deux fois.
    Toutes mes excuses et gros bisous
    Ne jamais plus me fier

    1. Bonsoir chère Marlène,
      Quel bonheur te revoilà !!! J’ai vu que mes notifications ne paraissent pas, hélas, je vais en parler à mon fils ! Tu n’as vraiment pas à t’excuser tu ne pouvais pas le savoir.
      Pour aller chez toi parfois, je suis en retard aussi car je ne les reçois pas non plus. Chez Marie également. Mais parfois on oublie quelque peu c’est normal, nous avons une vie en dehors des blogs !
      Mais venant de voir ton commentaire j’ai bondi de joie !!! Merci merci !
      Gros bisous.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *