Le sonnet Lozérien : En attendant le jour.


En attendant le jour

Ce matin, pas un bruit ne trouble la nature,
Pas un seul chant d’oiseau,
Ni même le soupir du chêne et du roseau
Qu’un poète torture !

Je goûte à ce silence avec désinvolture,
Les yeux fixés sur mon closeau,
Afin d’y déceler l’invisible gerzeau,
Dangereuse pâture !

Tel un maître ébéniste armé de son ciseau
Fin prêt pour la sculpture,
Mes mots en farandole espèrent leur fuseau !

Je tente une capture,
Un verbe et son sujet, pourquoi pas damoiseau ?
Sans la moindre rature !

Annie

18 réflexions sur « Le sonnet Lozérien : En attendant le jour. »

  1. Un peu surprenant ce poème là, il faut dire que, au contraire de toi, je ne suis pas très « classique » en matière de poésie et surtout pas initiée du tout. LOL!
    Le chant des oiseaux tu l’entendras si tu prêtes l’oreille, en ce moment ils sont en folie chez moi, l’arrivée proche du printemps sans doute.
    Ton poème m’initie, comme beaucoup d’autres, à toutes les formes de poésie que je ne connais pas. Je t’embrasse.

    1. Bonjour Marie,
      Je te remercie de t’intéresser à mes poésies, qu’importe leur forme !
      J’ai modifié un peu la fin car en effet je l’aime moins ! Pas facile quand on veut toujours des rimes riches !!!
      Je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonjour Maria,
      Je te remercie une nouvelle fois. On ne l’écrit pas ce sonnet sur Poésis mais je dois garder ma main pour mes concours !!!
      Gros bisous.
      Annie

  2. Rimer la page blanche ! Est-il sort plus troublant
    Pour une poétesse autre que d’admettre
    L’âge de notre muse en torpeur redoublant
    De notre envie agit comme seigneur et maître !

    Bonjour Annie,
    J’aime infiniment ce sonnet lozérien qui traduit merveilleusement mon état d’esprit actuel. Alors merci mon amie de rimer pour moi !
    Gros bisous

    1. Bonjour Marlène,
      C’est moi qui te remercierai toujours pour ton attention si fidèle !
      Je t’embrasse avec affection.
      Annie

    1. Bonjour Sedna,
      Je vois que toi aussi tu aimes ce silence bruyant comme moi !!! C’est une figure de style qu’apprécient les poètes comme toi !
      Je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonjour Robert,
      Oh oui j’aime aussi beaucoup cet instant privilégié que j’apprécie tant depuis ma retraite !!!
      Amicalement.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *