Le sonnet curtal : Vendée terre d’emprunt.

Le Revest près de Toulon, où je suis allée à l’école primaire, et pas revu depuis mes douze ans…

Vendée, terre d’emprunt

Ô terre de lumière et de genêts en fleurs !
Pour m’avoir apporté le couvert et le gîte,
Je me dois aujourd’hui d’honorer vos valeurs.

J’avais choisi le rose entre mille couleurs
Afin d’en oublier ce monde qui s’agite,
Et préféré le mien pour y sécher mes pleurs.

Vous avez tant souffert de guerres inutiles,
Qu’orpheline de cœur, loin des plaintes futiles,
J’ai béni votre sceau.

Mais cependant jamais vous ne serez ma mère ;
Celle qui m’a nourrie à force d’être amère
Me rappelle au berceau…

Annie Poirier

14 réflexions sur « Le sonnet curtal : Vendée terre d’emprunt. »

  1. On n’oublie jamais la terre de son enfance, mais on en adopte d’autres que l’on sait apprécier, avec le temps…
    J’ai évolué entre les Landes, le Pays basque, l’Occitanie et le Béarn, mais voilà c’est toujours ce que l’on nommait le sud-ouest !
    très beau sonnet Annie
    Bises

    1. Bonsoir Marine,
      J’aime énormément le Sud-Ouest où mes parents voyageurs ont passé leur retraite ! Il me faut des collines et ici bien sûr ce n’est pas l’idéal mais le bocage est verdoyant !
      Merci et bisous.
      Annie

    1. Bonsoir Sedna,
      Comme tu le dis, le manque nous poursuit toute notre vie! On oublie un peu quand on travaille mais ensuite cela nous rattrape !
      Amitiés Sedna.
      Annie

  2. Nos racines restent profondément en nous et on n’oublie jamais la terre de notre enfance et je sais de quoi je parle.
    Un peu d’amertume dans ce sonnet Annie mais toujours de bien belles rimes. Je t’embrasse.

    1. Bonjour Marie,
      Je te remercie pour ce témoignage qui rejoint le mien comme souvent !
      Bonne journée et gros bisous.
      Annie

  3. ô il m’a fait bosser ton poème du matin , Curtal , curtal ? Alors : « Le CURTAL est un bois au son feutré qui annonçait le développement du basson. Il atteignit le sommet de sa popularité en Europe au 17ème siècle » voilà ce que j’ai trouvé , avec

    https://www.youtube.com/watch?v=A2xT5DKVirw

    Quand à la page « sonnet curtal » de wikipédia elle est en anglais , et faut s’accrocher, en vrai j’ai renoncé , ô ce n’est pas bien .

    La photo est jolie , et le poème un peu énigmatique ( ô la vie parfois est faite de ruptures et de virages, Du Toulonnais à la Vendée lorsque l’on a douze ans c’est un sacré voyage ). Le texte est bien musical, rythmé et agréable à lire . Bonne journée .

    1. Bonsoir Marco,
      J’ai les règles et l’origine du sonnet curtal. Si cela te dit tu peux t’inscrire sur le forum Poésis où j’ai tout appris !
      Quant aux changements de régions, j’en ai connu beaucoup car mon père était militaire et a continué à voyager !
      Amicalement.
      Annie

      1. C’est quoi le forum poésis ? Au passage je découvre que lorsque l’on fait un commentaire il faut ensuite passer voir si il y a une réponse . Bloguer devient une sacrée affaire , il faut noter les articles où l’on a fait des commentaires et y revenir.
        Moi aussi j’ai beaucoup voyagé maintenant j’ai envie de stabilité et de tranquillité. Et puis comme j’ai l’intention de passer du temps à lire tes poèmes et ceux de quelques autres blogs aussi, je n’ai pas le temps de voyager , surtout que je suis bloqué à pouvoir à peine marcher ( sniff) par une petite blessure au pied.
        Restez tranquille a dit le médecin, cela m’a permis en cessant de m’agiter dans tous les sens de découvrir tes poèmes . C’est chouette les bobos à la cheville !

  4. De nom, d’esprit, de terre, à tout mot il s’accole
    En complément d’état ajoutant puis ôtant
    Selon la circonstance à la fois tout autant
    Pour seoir ces sentiments ta plume caracole !

    Bonsoir Annie,
    Un sonnet curtal nostalgique et émouvant où la finesse de tes vers vient parfaire l’oeuvre avec brio. Bravo poétesse !
    Gros bisous

    1. Bonsoir Marlène,
      Je te remercie pour ce sonnet que tu as déjà lu !!!
      Mais un petit nouveau vient de naître pour mon plaisir et le tien certainement.
      Gros bisous, je vais aller voir chez toi !…
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.