Stances : Mortagne en poésie.

Mortagne en poésie


Un habile poète, on ne peut plus affable,
Nous a conté Mortagne et son écrin d’argent,
Où tout un petit peuple, adorable régent,
S’est réveillé soudain dans le creux d’une fable !

Car c’est là sous la pierre, où dorment les lézards,
Qu’on entend murmurer les songes des venelles,
Berçant le promeneur de rimes éternelles,
Quand celui-ci devient amoureux des beaux arts !

De l’église assoupie, aux rives de la Sèvre,
Ralentissez le pas, cueillez chemin faisant,
Ce décor magnifique, au minois séduisant,
Dès que l’astre du jour lui dessine une lèvre.

Dans le chant des grillons, rêvent d’anciens moulins,
Puisqu’ils ont tout donné, même en étant sans ailes,
C’est pour eux qu’aujourd’hui dansent les demoiselles,
Leur incessant ballet fait naître des câlins.

Il est d’autres trésors, modestes et pudiques,
Que seul l’œil attentif saura bien découvrir ;
Fontaines aux longs becs, vous êtes à chérir,
Quand vos pleurs font danser leurs notes mélodiques !

Pour un peu de repos, ou pour l’âme apaiser,
Notre Dame du Pont, du chœur de sa chapelle,
Dans un silence d’or tendrement vous appelle,
Jusqu’à l’heure où le ciel offre un dernier baiser !

Annie Poirier, Mortagne sur Sèvre

7 réflexions sur « Stances : Mortagne en poésie. »

  1. Douceur des mots pour accompagner cette promenade dans ton village.. c’est beau ! J’aime beaucoup l’église assoupie et ce chant des grillons qui bercent ici aussi les nuits d’été

  2. Quel bel ode à ce village. On te suit comme si on était dans tes pas au détour des rues, de la Sèvre, des fontaines. Merci Annie, c’est ce genre de poème qui me remet du baume au coeur, surtout en ce moment où tout fout le camp. Je t’embrasse.

  3. Il faut envoyer ton poème à la mairie pour le publier dans le journal municipal.
    La poésie c’est l’oeil qui voit sous la pierre , qui entend les murmures , et les respirations de la vie qui va , c’est l’âme aimant les mots jusqu’au dernier baiser du soir qui conclut tes propos .

  4. Une belle visite à travers tes mots
    Mortagne en poésie comme en fable
    un petit bijou mit en vers par ta plume
    lui offre gracieusement un coffret précieux !

  5. Du début à la fin ma soif j’ai persiflé
    D’extraire à tout prix une rime choisie
    Car sans honte j’avoue avoir d’un coup sifflé
    Goulûment tous tes vers au goût de l’ambroisie.

    Bonsoir Annie,
    Quand tu rimes du cœur, ta plume est sans pareille ! Et Mortagne devient le plus bel endroit du monde. Bravo pour ces stances delicieuses.
    Je t’embrasse

  6. Tu sembles habiter un village paisible, j’arrive d’un séjour à la campagne et j’aime y retrouver ce temps qui ralentit ça change de l’effervescence dès la ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *