Le sonnet hétérométrique : Sous les feux de l’été.

Merci à mon amie   Maria  pour cette sublime mise en page du tableau de ma maman.

Sous les feux de l’été


Mais où sont donc passés tous nos étés d’antan,
L’éclat de leur lumière,
Qui dorait la saison jusque dans son mitan
Et la rose trémière ?

Aujourd’hui c’est l’excès qui détruit les cultures,
Les jolis bois de pins,
Et même les logis du sol jusqu’aux toitures ;
Adieu pauvres lupins !

Aux feux de la saint Jean si nous brûlions nos ailes,
C’était que Cupidon,
Attisait sans compter les cœurs des demoiselles !

Ô le triste brandon !
Entendez-le gémir sous la dent d’une flamme
Qui lui dévore l’âme…

Annie Poirier

4 réflexions sur « Le sonnet hétérométrique : Sous les feux de l’été. »

  1. Bon, je commence par un petit morceau de mon ignorance « sonnet hétérométrique ». Totalement inconnu ce mot surtout appliqué à un sonnet. Mais grâce à toi je me cultive, merci Annie.
    Et pour le contenu comme toujours un peu de nostalgie du temps heureux que nous avons vécu et que les moins de vingt ans…..
    J’aime bien sûr. Bises Annie et merci pour ton talent

  2. Il est vrai que ton poème nostalgique est de circonstance.. Les étés vont devenir de plus en plus chauds, risques de départs de feux en permanence. La nature et la faune souffre, que va devenir cette planète dans les années futures ? beaucoup d’inquiétude persiste en moi.

  3. Sous les feux de l’été la terre entière souffre
    La douce poétesse a mal également
    Et doit rimer ses maux bien fatalement
    Au risque de les voir s’élargir comme un gouffre.

    Bonsoir mon amie,
    Désolée de mon retard mais je devais finir mon pastiche en hommage à Marie et je ne sais plus comme avant écrire plusieurs poèmes en même temps. Ton sonnet hétérométrique est une belle composition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *