Archives de catégorie : Animaux

Le Rondel : Été pourri.


Été pourri


Le ciel est gris, mon cœur est triste,
Depuis des mois plus de gaîté,
Le temps se moque de l’été
Pleurant tous ses talents d’artiste…

Touffeur du soir, aube fleuriste,
Et ce soleil en majesté
Qui rend chacun plus optimiste,
Cela n’est-il pas mérité ?

Pourquoi ce rideau de batiste
Qui garde en sa captivité
Un horizon désappointé
D’être pris pour un fantaisiste ?
Le ciel est gris, mon cœur est triste…

Annie

La petite Balladette : Charité facile.

Charité facile

Tous les oiseaux ont bien chanté,
Je bénis mon jardin hanté
Par cette foule très étrange :
Un rouge-gorge ensanglanté,
Un doux pinson désargenté,
Le merle noir que tout dérange !

Je cueille alors mille chansons
Qui, chatouillant fleurs et buissons,
Me font sourire de tendresse !
J’oublie un peu mes chauds frissons
Pour mieux servir ces polissons
Dès qu’ils étendent leur détresse !

Dans cet univers enchanté,
Comprenez donc mon allégresse
A faire don de charité !

Annie

Le sonnet français : Le ridicule ne tue pas.

 

Le ridicule ne tue pas


J’ai cueilli quelques mots pour en faire un poème,
L’un d’eux s’est échappé, causant mon désarroi,
Pour lui j’avais rêvé d’une place de roi
Entre deux vers luisant d’un éclat de bohème !

Mais dès que le paon d’or me parle de noème,
En guise de Pégase, à dos de palefroi,
Au pays de la rime et de son grand arroi,
Je galope aussitôt en quête d’un phonème !

Vais-je accomplir mon vœu de plus de cent sonnets 
Afin qu’une couronne en guise de harnais
Élève au plus haut rang ma plume qui bascule ?

Mais comment donc conclure un écrit sans valeur
Qui, tel un merle en gris, frisant le ridicule
Affecte un air hautain en vantant sa couleur !


Annie

Le sonnet à rebours : Changement d’horizon.

Changement d’ horizon 

Je loge au pied d’un mur abritant des mésanges
Qui viennent éblouir mon regard éperdu,
N’ayant pour rêvasser que des toits en losanges !

Ô nouvel horizon ! sous les cieux suspendu,
Mais comment désormais accepter ce mensonge,
Croire en un paradis sur le dos d’un vieux songe ?

Pas un seul bruit pourtant ne trouble l’univers
Où nous avons à deux installé nos pénates,
Sachant que près de là valsent les odonates,
Quand la belle saison fait chanter ses revers…

En m’installant ici j’ai compté mes hivers,
Au lieu d’imaginer qu’aux prochaines sonates,
Les nymphes du printemps en déroulant leurs nattes
Viendront à ma fontaine y pêcher quelques vers !

Annie

Le Zégel Marocain : Soleil de décembre.

 

 

 

Soleil de décembre

Un soleil de décembre a doré ma palette
Qui, lasse de grisaille, ajustant sa voilette
En signe de grand deuil, pleurait la violette,
L’hirondelle jolie et le joyeux pinson.

J’ai plongé mon esprit dans ce rai de lumière
Pour éclairer les murs de ma tendre chaumière
Tout en rêvant d’amour et de rose trémière ;
Le silence riait en sifflant sa chanson !

C’est à ce moment-là qu’une muse aquarelle
Me souffla quelques vers, dont la rime si frêle,
Caressa mon matin d’un vol de tourterelle
En déposant sa plume en haut de mon buisson !

Tendrement j’ai cueilli cette offrande divine,
Afin de la plonger dans l’aube qui ravine
Entre les pans d’un jour aux éclats d’olivine,
Puis j’ai repris espoir sans crainte et sans frisson !

Annie

Le sonnet français : Mots pour maux.

MERCI  Maria pour cette sublime mise en page !

Mots pour des maux

Poésie, ô mon âme ! ô ma douce amertume !
Si je prise ton art, c’est au nom de ce pleur,
Que je verse aujourd’hui pour calmer la douleur
Se vêtant de nouveau d’un minable costume.

Appeler au secours cela n’est pas coutume ;
Dans mon simple univers j’ai pour seule valeur
Un silence troublé par un merle siffleur
Dont le chant bienvenu calme mon apostume.

Puisque le monde est sourd, à quoi sert de crier ?
Mieux vaut tremper sa plume au fond de l’encrier
Pour y puiser des mots que le ciel peut entendre.

Quand le temps reviendra de dresser le couvert,
Avec si peu d’amis, il faudra bien comprendre
Que mon désir sera d’aller me mettre au vert !

Annie

 

 

 

 

 

Le sonnet français : Le champ aux pâquerettes.

Aquarelle de mon amie Marie-Luce 

Le champ aux pâquerettes

Oh, dis ! T’en souviens-tu du champ de pâquerettes
Où des moutons laineux broutaient les boutons-d’or ?
Le temps filait son temps avec un rouet d’or
D’où volaient à foison des notes guillerettes.

La nature en éveil appelait ses fleurettes
Pour les poser tout doux sur un nouveau décor,
Tandis que le soleil en haut d’un mirador
Taquinait de son dard les premières aigrettes.

S’échappaient des frissons, des talus, bourgeonnant,
Laissant s’évaporer un mélange étonnant
De senteurs de sous-bois, de parfums d’églantine.

Mais oui, tu t’en souviens ! C’est écrit sur l’oiseau,
L’aile du papillon, l’abeille qui butine
Et bercé par le vent dans le chant du roseau…

Annie