Archives de catégorie : Poèmes

Le sonnet marotique : La femme et la ride.

Merci à Maria Dolores pour la belle mise en page !

La femme et la ride

Elle aimerait gommer la ride qui progresse
Tout autour de sa bouche, avide du câlin,
Qu’un regard amoureux, tendrement masculin,
Caresse nuit et jour avec force allégresse !

Face au miroir du temps qui doucement la presse,
Il lui faut désormais se résoudre au déclin
D’un minois délicat, qui tel un doux vélin,
Se retrouve froissé par trop d’élans d’ivresse !

Être femme est un art, qu’importe la saison,
Le printemps et l’été chantent sa floraison,
Son automne est le fruit que l’on dore à la flamme.

Dès que l’hiver survient, à l’aube des bons vœux,
Si la neige blanchit l’argent de ses cheveux,
Une ronde d’enfants s’attache à la belle âme !

Annie

Stances : Bienfaisante retraite.

Bienfaisante retraite

Je suis riche du temps que l’âge me procure,
Ainsi chaque matin, plus de réveil hurlant,
Mais le chant des oiseaux, au timbre ensorcelant,
Rythme tous les bienfaits de cette sinécure !

Dans le creux de mon lit, qu’importe la saison,
Je paresse et m’étire et je refais le monde,
Non pas celui qui trempe en une mer immonde,
Mais bien celui qui rit face à mon horizon !

Devant mon bol fumant, puisque rien ne me presse,
Je rêve encore un peu, j’invente un univers,
Où les fleurs des talus, pour mériter mes vers,
M’offrent mille parfums et leur flot de tendresse.

Et quand enfin la nuit enlève sa burqa,
La chevelure d’or de l’astre qui scintille
Lance son flamboiement à mon œil qui pétille ;
Mon jour peut commencer sa danse flamenca !

Reine de mon foyer, je m’attelle à ma tâche,
Car je règne sur tout, de la cave au grenier,
Même sur le jardin, de la rose au prunier,
En caressant le chat qui lisse sa moustache !

Annie Poirier

Le sonnet français : Après l’été.

Après l’été

Le monde sera-t-il bien plus beau, bien plus rose,
Quand l’automne venu calmera le tison,
D’un trop fougueux soleil hâtant la fenaison,
D’une nature en feu cramant son air morose ?

Durant l’été brûlant j’ai vu pleurer ma rose,
Lasse de ne pouvoir en son exhalaison
Égaler en beauté tout l’or de l’horizon,
Et l’incroyable éclat d’un ris de primerose.

L’hirondelle est partie et mon cœur est chagrin,
Je suis comme l’épouse au départ du marin,
Je surveille les cieux, l’orage et ses alarmes !

Si l’actualité nous offrait du jasmin,
Au lieu de nous servir son chapelet de larmes,
La vie aurait le goût de miel et de cumin !

Annie Poirier

La Ballade : Souvenirs

Souvenirs

J’avais une belle maison
Avec un toit dont chaque lauze,
Clignant des yeux sur l’horizon,
Goûtait chaque métamorphose
D’une nature en symbiose.
Ainsi coula le fil des ans,
Sous un ciel pur et grandiose ;
Je me souviens des jours plaisants.

Je cultivais chaque saison,
Le pourpre, l’or, la primerose.
Si je tombais en pâmoison,
Face au bonheur d’un jour plus rose,
C’est que l’hiver, pâle et morose,
Lâchait ses tout derniers brisants
Sur la jacinthe à peine éclose.
Je me souviens des jours plaisants.

Je dois me faire une raison
Et vivre enfin l’apothéose
D’un autre gîte en floraison,
Où l’esprit muse et se repose !
Ici le temps coule en osmose
Avec de doux refrains grisants,
Chantés par l’oiseau virtuose.
Je me souviens des jours plaisants.

Envoi

Amis qui partagez ma cause,
Éloignez-vous des feux cuisants
Quand l’âge d’or a son arthrose !
Je me souviens des jours plaisants.

Annie

Le sonnet marotique : Souvenirs d’été.

Souvenirs d’été

Aux senteurs de la figue et de melons joufflus
J’ajoute au souvenir ce ciel que rien n’égale,
Ni le bleu de la mer, ni Paris, son Pigalle,
Car je fuis ces hauts-lieux, la foule et son reflux !

Je les regrette tant ces étés révolus,
Quand leurs rayons brûlants, tel un feu de Bengale,
Faisaient danser mon cœur et chanter la cigale ;
Adieu les jours bénis qui ne reviendront plus !

Désormais je me dois d’honorer ma mémoire,
Se vêtant aujourd’hui d’un doux voile de moire,
Afin d’en protéger l’or et le diamant…

Ô villages charmeurs, perchés sur la colline,
Jamais je n’oublierai votre douceur câline
Qui flattait mon regard de l’aube au firmament !

Annie

Le sonnet shakespearien : A l’heure de la sieste.

Huile sur toile de mon amie Christiana Moreau

A l’heure de la sieste

Entendez-vous ronfler le village qui dort ?
Il a tant jacassé ce matin sur la place,
S’est réveillé très tôt pour profiter de l’or
D’un soleil qui s’étire encore et se prélasse.

Maintenant qu’il rayonne en plein milieu des cieux,
L’on ferme les volets, l’on déserte les rues,
Riche de ce trésor mais si malicieux
Que même les pitons craignent pour leurs verrues !

La fontaine murmure appelant les oiseaux,
Ou quelque chat flânant contre les vieilles pierres
Pour profiter un peu de la fraicheur des eaux,
Avant de refermer leurs fines paupières.


Lorsqu’enfin l’ancien bourg est à nouveau dispos,
La brise sonne alors la fin du chaud repos !

Annie

Le sonnet marotique : Mystérieuse Bretagne.

Mystérieuse Bretagne

Au pays de l’Ankou, si la lande murmure,
Est-ce, venant de Raz, la plainte du marin,
Dont l’âme chante encor son éternel refrain,
Celui d’une légende où règne le lémure ?

Entre les gris rochers et la verte ramure,
La bruyère fleurit, qu’importe le chagrin ;
Les genêts, les ajoncs, charment le pèlerin,
Mais quand revient le soir chacun se claquemure !

Dès que la lune est pleine, au pied d’un vieux menhir,
On dit qu’un korrigan pleure le souvenir
D’une ville endormie en plein cœur de l’écume !

Le mystère s’échappe à l’heure du levant,
L’oiseau reprend son vol sous les ailes du vent,
Et moi face à la mer je ramasse sa plume !

Annie Poirier

Le Pantoum : Adieu l’hiver.

Tableau réalisé par le Président de l’Essor poétique de la Roche Sur Yon, Jean-Paul Vivier.

Adieu l’hiver

L’été revient, tombe ma peine,
L’espoir sourit au seringa.
Dans l’air si chaud vole une penne,
Plus douce encor que l’alpaga !

L’espoir sourit au seringa,
Muse se fait un peu mutine.
Plus douce encor que l’alpaga,
Danse la fleur de l’églantine.

Muse se fait un peu mutine,
Dans les bras d’un jeune marin.
Danse la fleur de l’églantine,
Entre lavande et romarin.

Dans les bras d’un jeune marin
J’ai cru que la vie était rose ;
Entre lavande et romarin,
L’azur bénit la primerose.

J’ai cru que la vie était rose,
Ainsi qu’un éternel printemps.
L’azur bénit la primerose,
Les souvenirs et leurs instants.

Ainsi qu’un éternel printemps,
Mon cœur peut battre la chamade ;
Les souvenirs et leurs instants
Ont bien souvent l’âme nomade.

Mon cœur peut battre la chamade
Sous ton regard malicieux !
Ont bien souvent l’âme nomade,
Les moutons blancs dans les grands cieux…

Adieu l’hiver pernicieux,
Enfin je peux ouvrir le pêne !
Mon petit monde est gracieux,
L’été revient tombe ma peine !

Annie Poirier

Le Pantoum : Mes richesses.

BLOG EN PAUSE

Mes richesses

Je n’aime plus les cathédrales
Elles sont faites pour les rois !
Le vent préfère les chorales
Au pied des plus modestes croix.

Elles sont faites pour les rois
Toutes les richesses du monde ;
Au pied des plus modestes croix
On voit de l’or couler dans l’onde.

Toutes les richesses du monde
Je les récolte pas à pas ;
On voit de l’or couler dans l’onde,
L’azur a de si beaux appas !

Je les récolte pas à pas
Les diamants de ma fortune !
L’azur a de si beaux appas :
– Reflets d’argent ou clair de lune ! –

Les diamants de ma fortune
Je les devine au fil des eaux !
Reflets d’argent ou clair de lune,
Cueillez la paix dans les roseaux !

Je les devine au fil des eaux
Chantres des bois et pastourelles…
Cueillez la paix dans les roseaux
Chantez, dansez, les tourterelles !

Chantres des bois et pastourelles
Brillent au cœur de tes doux yeux.
Chantez, dansez, les tourterelles
Quand mon regard chérit les cieux !

Brillent au cœur de tes doux yeux
Mes rêves d’amours pastorales,
Quand mon regard chérit les cieux,
Je n’aime plus les cathédrales !

Annie

Le sonnet marotique : Objets inanimés.

Objets inanimés

Objets inanimés qui dorlotez mon âme,
Quel est donc ce pouvoir qui vous rend importants,
A tel point que mes yeux, soudain papillotants,
Puisent dans vos attraits les mots d’une épigramme ?

Vous êtes la douceur que mon esprit réclame,
Souvenirs de voyage, ou cadeaux miroitants,
Je ne résiste pas à vos ris envoûtants,
Sans cesse j’applaudis ce merveilleux dictame !

Façonnés avec art, ou plus modestement,
Qu’importe la valeur, mon émerveillement,
A chaque nouveauté réveille l’allégresse !

Posés de-ci de-là, selon l’humeur du jour,
Votre grâce illumine, enrichit mon séjour,
Et mon cœur sous le charme épouse la tendresse !

Annie Poirier