Le sonnet marotique : Souvenirs de Toulon.

 

 

Souvenirs de Toulon

J’ai marché dans les pas de ma prime jeunesse,
Je voulais tout revoir, lavande et romarin,
La pinède jolie et l’ombre d’un marin,
Forte de souvenirs et de mon droit d’aînesse !

J’allais enfin plonger dans un doux bain d’ânesse,
Soulager mes regrets, mes remords, mon chagrin,
Et rire de bonheur sous un ciel azurin
Que le printemps venu brodait tout en finesse…

Ô grand port de Toulon qu’es-tu donc devenu ?
De mes songes passés, je n’ai rien reconnu,
Si ce n’est sur les flots, un vieux bateau de guerre…

De retour au village, oh miracle absolu !
L’école, la maison, le platane joufflu,
M’apparurent soudain comme ils étaient naguère…


Annie

18 réflexions sur « Le sonnet marotique : Souvenirs de Toulon. »

  1. Souvenirs attention danger! Nos souvenirs, lorsque nous voulons absolument leur redonner vie, nous font souvent plus de mal que de bien.
    Je ne m’étendrais pas sur une expérience perso mais je tente de la gommer car j’aimais bien plus ce que mon village était entre mes 4 et 10 ans. J’ai pris un grand coup de marteau sur la tête.
    On sent ton amertume de ne pas retrouver les images de ton enfance et je la comprends. Un joli sonnet Annie, je t’embrasse.

    1. Bonjour Marie,
      Je te remercie.
      Heureusement que Le Revest n’a pas beaucoup changé car j’étais décontenancée par la foule partout !!! Mes souvenirs en ont pris un coup ! D’autant plus que j’étais moi aussi si jeune, j’ai quitté Toulon à douze ans.
      Gros bisous.
      Annie

  2. Revoir ses souvenirs d’enfant, et ne plus rien reconnaitre, mais il existe toujours un déclic, quelque part au détour de la route, et les jours anciens resurgissent !
    Merci pour cette belle poésie Annie

    1. Bonjour Marine,
      Comme tu le dis Marine, le déclic s’est fait devant l’ancienne maison et l’école ! Ce fut le dernier jour…
      Je te remercie et je t’embrasse.
      Annie

    1. Bonjour Sedna,
      Je te remercie pour ce sage conseil, ne plus penser qu’aux bons moments et tant pis pour le reste !!! Mais la nostalgie est terrible !
      Amicalement.
      Annie

  3. Rire : inculte que je suis ! Lisant ton poème , je suis allé voir sur le site « femme actuelle » ce qu’était un « bain d’ânesse »pour combler mes lacunes .
    Les deux premières strophes sont vraiment une promesse de félicité, parfums , couleurs , ombres et lumières printanières, on a envie d’y être et de déambuler dans les rues de tes souvenirs .
    Mais patatras! Sans te prévenir , sans rien te demander ils ont osé tout modifier, les gougnafiers , les gros lourdauds, les pignoufs , les rustres , ils ont osé tout changer ! La petite fille que tu fus a dû en être bien déçue, où donc est la jolie pinède , le pompon du marin ?
    Heureusement que le village est inchangé. J’en suis content pour toi.
    Les souvenirs de l’école , du village d’autrefois , il faut leur rendre visite parfois tant qu’on le peut , ça ressource malgré le pincement au coeur pour les jours qui ne reviendront plus.

    1. Bonjour Marco,
      Je te remercie pour ce beau commentaire !
      Le temps a fait son œuvre partout en effet, mais je rêvais que non ! La preuve, Le Revest n’a pas tellement changé !
      Amitiés.
      Annie

  4. Souvenirs souvenirs
    quand vous nous tenez
    nos cœurs s’en enchantent

    Souvenirs souvenirs
    quand vous nous échappez
    nos cœurs s’en attristent

    Souvenirs souvenirs
    vous ne connaissez point de rides
    en nos jardins secrets

    1. Bonjour Annick,
      Merci pour ces jolis quatrains qui résument le tout ! Heureusement que nous les avons ces jardins secrets!
      Amitiés.
      Annie

  5. Il m’a fait un effet dûment rétroactif
    Ton sonnet marotique aux senteurs de Provence
    Mon émoi n’émanait de la même mouvance
    Mais son cheminement au tien est respectif

    Bonsoir Annie,
    Certes je suis en retard pour écrire mon billet mais pas pour la découverte de ce sonnet sonnant une nostalgie vibrante et vraie. Quand on revient sur un lieu de son enfance, il y a des endroits que l’on ne reconnait pas du tout, et ça bouleverse plutôt négativement et puis viennent ceux qui n’ont même pas bougé d’un iota alors on peut retrouver tous ses repères et notre coeur danse la java ! J’ai ressenti tout cela, j’ai aimé alors j’ai recommencé jusqu’à ce  » Paulette  » se décide enfin à m’apporter mes vers ! (hihihi)
    Je t’embrasse mon amie

    1. Bonjour Marlène,
      Je t’attendais mon amie heureuse de cette nouveauté ! Je suis comblée par tes mots, je te remercie haut et fort !
      Gros bisous.
      Annie

    1. Bonjour Maria,
      Je te remercie de tout cœur !
      Tu en as de la chance de vivre aussi près du soleil !!!
      Gros bisous.
      Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *